Le Temps d’Aimer La Danse

par | Sep 11, 2022 | Festivals, France | 0 commentaires

Le Festival Le Temps d’Aimer La Danse célèbre la fin de l’été en proposant un florilège de spectacles, mais aussi de répétitions publiques et de stages d’initiation à la danse sous toutes ses formes du 8 au 18 septembre prochain à Biarritz. La direction artistique de cet événement incontournable est orchestrée par Thierry Malandain, danseur, chorégraphe et actuel directeur du Centre chorégraphique national de Biarritz. Cette parenthèse enchantée propose une programmation de 30 compagnies et pas moins de 90 événements. L’espace public devient acteur, servant de scène ouverte aux déambulations dansées mais également à des cours de danse en plein air ! Des représentations sont également assurées à Bayonne et Anglet en collaboration avec la Scène nationale du Sud-Aquitain et dix autres villes périphériques de la Communauté d’Agglomération Pays Basque.

 

 

Les Quatre Saisons/Cie de danse l’Éventail

Cette compagnie dirigée et fondée en 1985 par Marie-Geneviève Massé et Bernard Delattre est reconnue comme pôle de référence essentiel dans le domaine de la création et transmission de la danse baroque aujourd’hui. L’orientation de ses créations est dédiée à la création de chorégraphies dans l’esprit des 17ème et 18ème siècle ainsi qu’à des actions pédagogiques et culturelles notamment à destination du jeune public. La Compagnie de Danse l’Éventail comprend une vingtaine de danseurs, acrobates, marionnettistes et techniciens. Elle s’associe régulièrement à des artistes costumiers, musiciens, scénographes, metteurs en scène.

 

Le Temps d'Aimer La Danse/ aufildeslieux.fr/Compagnie de danse l'Eventail ©Julien Idier

Compagnie de danse l’Eventail ©Julien Idier

 

Théâtre du Corps Pietragalla-Derouault / La Femme qui danse

Marie-Claude Pietragalla est une figure emblématique de la danse française et l’une des plus célèbres danseuses étoile de l’Opéra de Paris (1990-1998). Elle a également dirigé le Ballet National de Marseille (1998-2004) tout en s’associant à Julien Derouault, danseur soliste du Ballet National de Marseille (1997-2004) pour créer, diffuser et produire leur travail personnel.

 La chorégraphe  évoque son nouveau spectacle La Femme qui danse: 

« J’ai imaginé la Femme qui Danse, comme une expérience visuelle et sensorielle, plongeant le spectateur dans le voyage et la pensée intime de l’artiste. La respiration est omniprésente et avec elle, se noue une proximité, une écoute particulière. Le spectateur respire au rythme de l‘artiste, comme une ponctuation supplémentaire.Les textes originaux de ce spectacle, en résonance au corps en mouvement, dévoilent sur le ton de la confidence, un rapport à l’intime, aux sensations physiques et aux émotions vécues sur scène « .

Le Temps d'Aimer La Danse/ aufildeslieux.fr/Pietragalla © Pascal Elliott

Pietragalla © Pascal Elliott

 

Dido Æneas Us & All/ Samir Calixto

Samir Calixto est né en 1978 au Brésil et se passionne très tôt pour la danse. Il étudie l’art dramatique, la danse et la musique classique à l’Université de São Paulo ainsi qu’au conservatoire. Autodidacte mais nourri de rencontres, il reçoit en 1999 le premier prix au festival Nascente / Avril pour son solo Eros. Un an après avoir obtenu son diplôme en 2004, il rejoint l’Europe et décide de se consacrer entièrement à sa carrière de danseur. Il y rencontre de nombreux chorégraphes auprès desquels il nourrit son apprentissage de jeune chorégraphe. Il danse également avec la jeune génération de créateurs issus du Nederlands Dans Theater et qui rend la scène néerlandaise bouillonnante. Cette jeune génération de chorégraphes venus du monde entier trouve refuge au sein du Korzo Theater, véritable plateforme qui donne le tempo de la création sur la scène internationale. A partir de 2021, Samir Calixto lance Matter Affects – une initiative en partenariat avec Stacz Wihelm, ancien directeur artistique du Korzo Theater.Avec son spectacle Dido Æneas Us & All, Samir Calixto réinterprété cette histoire d’amour romantique pour en faire une réflexion sur notre place dans le monde.

 

Le Temps d'Aimer La Danse/ aufildeslieux.fr/samir Calixto ©Joris-Jan Bos

Samir Calixto ©Joris-Jan Bos

 

Martin Harriague & le collectif Bilaka

Depuis ses débuts de chorégraphe en 2009, alors qu’il était encore interprète au sein de diverses compagnies internationales, Martin Harriague aime mettre en scène, non seulement la danse, mais aussi ce qu’elle raconte. Autrement dit, il marie une écriture gestuelle constamment inventive à des thèmes forts, traités de façon originale et engagée – qu’il s’agisse d’une évocation de Tchaïkovski (Pitch) ou de Donald J. Trump (America) ou de revendications écologiques récurrentes à l’instar de Fossile et Sirènes.Pour cette création avec le collectif Bilaka, il s’empare cette fois d’un événement inscrit au cœur de l’histoire du XXe siècle, le bombardement de la ville de Gernika en 1937.

Né à Bayonne, où est aussi implanté le collectif Bilaka, l’artiste a une connexion personnelle avec cette terre basque répartie de part et d’autre de la frontière pyrénéenne. Mais l’horreur de la violence subie par la cité basque du Nord de l’Espagne, qui fut pour les Allemands un « labo-bombardement » de la seconde guerre mondiale, constitue surtout pour lui un champ d’expérimentation à la fois artistique et prophétique. Martin Harriague a travaillé avec Thierry Malandain, Itzik Galili, Emanuel Gat, Roy Assaf, Andrea Miller, Keren Levi, Stephen Shropshire, Frederic Flamand et Rami Be’er. Parallèlement à sa carrière de danseur, il chorégraphie son propre travail et compose ses musiques.

Pour Martin Harriague il est essentiel de marier les langages traditionnels de la danse basque, dont sont issus les cinq danseurs de Bilaka, et son écriture contemporaine basée sur une solide formation classique et contemporaine (Martin Harriague fut membre du Ballet Biarritz Junior) qui caractérise son style.

 

Le Temps d'Aimer La Danse/ aufildeslieux.fr/Bilaka ©Christophe Raynaud de Lage

Bilaka © Christophe Raynaud de Lage

 

Wolf Show/ Killason

Avec un show sauvage immersif, entre danse et concert, le rappeur KillASon au look flamboyant et au flow anglais impeccable trace une route hors des cases. En 2016, le premier album The Rize ouvrait au rappeur les portes des tournées internationales et du succès critique des deux côtés de l’Atlantique. Cinéma, mode, danse, KillASon a toujours revendiqué l’héritage d’un rap américain mais aussi d’une interdisciplinarité. Interprétation de ses tribulations nocturnes, Wolf Show est une performance musicale et dansée, reflet des multiples facettes de son talent. Il entend y retrouver la puissance du monde du battle qu’il a côtoyé pendant plus de dix ans et faire la synthèse de ses passions : la danse, l’image et la musique. Né d’une introspection liée au confinement, faisant le bilan des accomplissements et des trahisons, KillASon nous parle de cette nécessité de créer de manière quasi animale comme un loup solitaire, métaphore de l’artiste passionné, engagé et chargé d’une mission de survie et de transmission. Un show de loup affamé. Cet artiste polymorphe sulfureux, danseur expérimenté et performeur, né à Paris, démarre sa carrière musicale en 2016 avec le remarquable EP The rize. A la fois auteur, compositeur et interprète, Marcus Dossavi Gourdot aka KillAson enchaîne tournées sur tournées. En 2 ans, il cumule plus de 150 dates : le Dour festival, Rock en seine, les Vieilles Charrues, Solidays, ou encore ses concerts en première partie de Shaka Ponk, Jain et Alpha Wann.

Avec Wolf show , Killason propose un véritable spectacle qui mixe rap, danse hip-hop et vidéo. Cette performance musicale et dansée du rappeur est un coup de poing artistique pour 3 interprètes, orchestré par les sonorités sensuelles et sombres de la Wolf Tape.

 

Le Temps d'Aimer La Danse/ aufildeslieux.fr/Killason @Saadallah_Mehdi_Wolf Show

Killason @Saadallah_Mehdi_Wolf Show

 

Le voyage de Roméo/ Compagnie Wejna 

Sylvie Pabiot a fondé la compagnie Wejna en 2004. Cette diplômée en philosophie a travaillé avec de grands noms de la chorégraphie tels que Maguy Marion ou encore Lia Rodrigues. Florent Attuoman Dhossou, qui interprète le rôle de Roméo, est directeur artistique de la compagnie Sel-Ba depuis 2018 en Côte d’Ivoire, tout en étant artiste danseur interprète et chorégraphe.
Après le décès de ses parents, il découvre la danse urbaine ‘’Coupé Décalé’’ dans les rues d’Abidjan de 2002 à 2006. En 2014 il obtient un baccalauréat scientifique.Passionné de danse, il intègre l’Institut National Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle.
En 2016 il obtient un master professionnel en chorégraphie. Il se distingue par son mémoire sur la promotion des danses traditionnelles ivoiriennes au moyen du Coupé Décalé. En 2019, il est lauréat catégorie danse contemporaine lors des Rencontres Chorégraphiques d’Abidjan. Le Voyage de Roméo est destiné au jeune public pour lui transmettre et lui partager à travers la danse, l’histoire d’hommes et de femmes qui sont confrontés à l’immigration. Roméo nous raconte ses rencontres, le voyage géographique et émotionnel de son corps. Ici la danse transgresse les frontières et nourrit les espoirs de ceux qui partent vers des horizons incertains.

 

Le Temps d'Aimer La Danse/ aufildeslieux.fr/cie wejna -Le Voyage de Roméo - Cie Wejna - Crédit photo Pierre Brye

Compagnie Wejna -Le Voyage de Roméo – Cie Wejna – Crédit photo Pierre Brye

 

Les talents de demain mis à l’honneur

Pendant toute la durée du festival, chaque dimanche, le festival ouvre sa scène de l’Esplanade du Casino Municipal de Biarritz aux talents de demain, ainsi qu’à de jeunes danseurs en voie de professionnalisation. On pourra découvrir une création de 40 mn  Never Alone/ Le Bonheur d’être triste interprétée par la B&M Junior Compagnie.

 À vous de danser !

En marge des spectacles du festival, le dimanche 18 septembre à 17 h, la compagnie Mutxiko avec Amalabak eta Seme & les musiciens de Bilaka, lancera une invitation à danser pour la planète, dans le cadre de la journée le Temps d’Aimer l’Océan. Des répétitions publiques , des films et des expositions sur la danse sont également au programme tout au long du festival Le Temps d’aimer la Danse.

 

*****
Renseignements pratiques:
Festival Le Temps d’aimer la Danse
du 8 au 18 septembre 2022.

Acheter ses billets :
www.letempsdaimer.com
– Guichet du festival – Théâtre de la Gare du Midi
Ouvert du mercredi 31 août au dimanche 18 septembre, tous les jours de 12h à 19h et jusqu’à 21h les soirs de spectacle au théâtre de la Gare du Midi
Informations : +33 (0)5 59 24 96 99
– Office de Tourisme de Biarritz :
Tél. +33 (0)5 59 22 44 66, tourisme.biarritz.fr
Guichets des offices de tourisme de Bayonne, Anglet et Saint-Jean-de-Luz et Offices de tourisme du Pays basque.

 

 

Twitter

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-moi sur Facebook

Partager

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.