Les secrets de fabrication du chistera

par | Oct 11, 2022 | Événements, France, Portraits

En allant dans le sud-ouest dans le triangle d’or reliant Bayonne, Biarritz et Anglet, on découvrira les secrets de fabrication du chistera en visitant  l’atelier de Jean-Louis Gonzalez. Ici on fait perdurer la tradition depuis cinq générations. Eustakio, le grand-père de Jean-Louis s’était installé à Bayonne en 1887 dans le quartier Sainte-Croix et depuis ce sont Jean-Louis, son fils Pierre-Peio et Bixente, son fils qui ont pris le relais à Anglet. L’atelier est un véritable cabinet de curiosités avec bon nombre d’instruments  » faits maison « . Ce très beau sport célébré par Orson Wells dans son éponyme documentaire en noir & blanc Basque Pelota  est le descendant du jeu de paume devenu jeu de Maubec à Bayonne à la fin du 16ème siècle. La raquette (pala) remplacera la main puis celle-ci sera gantée de cuir et baptisée la courte paume, viendront ensuite le petit chistera ou Yoko garbi  puis le grand chistera Cesta Punta faisant accélérer la pelote jusqu’à 300 km par heure. À Bayonne les parties ont lieu le dimanche dans les trinquets. Cette salle quadrangulaire est couverte et aménagée pour des parties de pelote basque, bordée par une galerie circulaire pour les spectateurs…et les parieurs ! L’ancien jeu Maubec deviendra le trinquet Licou à la fin du 19ème puis trinquet Saint-André au 20ème siècle.

 

Les secrets de fabrication du chistera/aufildeslieux.fr/Intérieur de pas aka avec pelote basque© K.Hibbs

Intérieur de pas aka avec pelote basque© K.Hibbs

 

Un peu d’histoire

 Jean-Louis Gonzalez : » Historiquement les basques ont commencé à jouer à la main, en se mettant des pansements autour des doigts pour éviter de se blesser. Petit à petit pour se protéger, ils ont créé des instruments en cuir. Le gant en cuir a peu à peu évolué et s’est transformé en pasaka, une sorte de gros bouclier en cuir où  l’on enfile sa main. Il pèse près d’un kilo et est encore utilisé de nos jours, il est classé à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.Viendra ensuite un panier inventé à St Pée-sur-Nivelle appelé chistera (panier pour ramasser les petits fruits: xister en basque et testa en espagnol ). On a coupé l’anse du panier pour l’attacher avec une sangle autour de la main. Maintenant on enfile le chistera avec un gant. Il n’y en a pas 2 pareils car ce sont des pièces uniques et adaptées à chaque joueur ! Il existe également des réparateurs de chisteras, comme nous, qui sont souvent fabricants de pelotes.

Bientôt Jean-Louis est rejoint par son petit-fils Bixente dans l’atelier aux portes ouvertes sur la rue ensoleillée. Des joueurs passent une tête dans l’atelier sans oublier les amis du quartier. Jean-Louis est vraiment passionné et adore transmettre son savoir-faire.

 

Les secrets de fabrication du chistera/aufildeslieux.fr/ Jean-Louis Gonzalez avec des armatures de chisteras© K.Hibbs

Jean-Louis Gonzalez avec des armatures de chisteras© K.Hibbs

   » Pour le squelette du chistera on utilise du jeune châtaignier qui a entre 5 à 10 ans d’âge que l’on coupe l’hiver à la lune descendante car la sève est au plus bas. On va l’ouvrir en 2 puis en 4, on enlève le coeur et tout ce qui est marron à l’intérieur, le châtaignier va servir à la fabrication . Après l’équarrissage, dix pour cent à peine du bois entier sera utilisé pour fabriquer les côtes qui constitueront l’ossature des chisteras. Par dessus il y a un tressage en osier qui va prendre une trentaine d’heures pour réaliser un petit chistera, pour le grand chistera on en comptera 50. Il faudra préparer les éclisses d’osier en utilisant un rabot permettant d’amincir ces tiges d’osier brutes et de les calibrer. Les éclisses ainsi obtenues sont passées alternativement au travers de l’armature. On tasse le tout au fur et à mesure. C’est un peu la même technique que le tissage ! On terminera en rajoutant le cuir qui sera découpé en suivant un patron précis et dont les morceaux seront assemblés avec une machine à coudre . Le cuir du gant est fait avec de la peau de mouton ou de vache. Les joueurs pourront choisir leur couleur de prédilection s’il s’agit de cuir de vache « .

Les secrets de fabrication du chistera/aufildeslieux.fr/ La découpe des éclisses de châtaignier © K.Hibbs

La découpe des éclisses de châtaignier © K.Hibbs

 

Les secrets de fabrication du chistera/ aufildeslieux.fr/ Pierre-Peio travaillant dans l'atelier © K.Hibbs

Pierre-Peio travaillant dans l’atelier © K.Hibbs

 

La durée de vie du chistera est très variable selon le pelotari ( joueur). Pas moins de treize instruments ont été répertoriés pour 22 jeux de pelote différents avec un championnat pour chaque catégorie en sachant qu’il y a des jeux d’hiver et d’été. Le petit chistera ou Yoko garbi cueille la pelote sur un pas et on la renvoie alors que le grand chistera Cesta Punta on va vers la pelote, on l’attrape et pendant qu’on la freine on continue à courir et on la renvoie. Les pelotes existent dans chaque spécialité de jeu: la pelote à mains nues comporte un noyau en buis entre 20 à 36 mm de diamètre car ce bois n’éclate pas quand la pelote tape contre le mur (fronton). Sur le noyau on enroule du caoutchouc extrait de l’arbre du même nom.

JLG:  » Plus le joueur est dans une catégorie élevée (poussin, cadet, benjamin ou senior) moins il y aura de laine et plus il y aura de caoutchouc « .

 

Les secrets de fabrication du chistera/aufildeslieux.fr/ Un panier de pelotes © K.Hibbs

Un panier de pelotes © K.Hibbs

 

  Le xare, des origines tout droit venues d’Argentine

La pelote basque a énormément de variantes dans la diversité de ses pratiques et de ses équipements. Le sport comme une langue évolue différemment d’un pays à l’autre. En Argentine le xare ( qui signifie  » filet » en basque) servait à ses débuts à marcher dans la neige et peu à peu son utilisation a évolué en raquette ( appelée raquette argentine) avec laquelle on frappe la pelote.

 

Les secrets de fabrication du chistera/aufildeslieux.fr/Raquette argentine Xare © K.Hibbs

Raquette argentine Xare © K.Hibbs

JLG:  » On s’est aperçu que toute l’Amérique du Sud jouait à la pelote. Il y a 150 ans on a réuni tous ces pays pour faire une sorte d’inventaire du jeu de pelote. J’ai reçu en cadeau un xare de la part d’un joueur qui a gagné en championnat en Argentine et a fait signer son adversaire sur le bois de noisetier de sa raquette. Celle-ci porte le nom de Manolo Molina « .

La pelote basque et ses joueurs revêtent une élégance tant dans leurs mouvements qu’à travers l’ équipement et les tenues portées par les pelotaris.  Ce sport ancestral signe l’identité de cette belle région décidément très attachante !

 

Les secrets de fabrication du chistera/aufildeslieux.fr/Raquette Xare signée par le joueur argentin Manolo Molina © K.Hibbs

Raquette Xare signée par le joueur argentin Manolo Molina © K.Hibbs

*****

Chisteras Gonzalez
6 allée des Liserons – 64600 ANGLET
Tel+33 5 59 03 85 04

Remerciements

www.paysbasque-tourisme.com
www.visitbayonne.com
ainsi que Jean-Louis Gonzalez, Pierre-Peio et Bixente.

© Photos Katherine HIBBS

Peinture de Gustave Colin:Partie de pelote sous les remparts Fontarabie © Musée Basque

 

 

Twitter

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-moi sur Facebook

Partager

0 commentaires