Itinéraires secrets en Anjou

par | Août 4, 2022 | Escales, France

En ces temps de canicule, des itinéraires secrets en Anjou sauront en réjouir plus d’un, notamment avec la tradition de troglodytes dans le Saumurois. Ici on extrait depuis toujours le tuffeau, la pierre des bâtisseurs de châteaux, et l’on concocte des fines bulles d’excellence dans des caves creusées de renom. La fraîcheur et l’hygrométrie y sont également propices à la culture des champignons ou encore à des scénographies poétiques mettant en valeur des artistes. L’Anjou est le pays de l’ardoise bleue au nord-ouest d’Angers mais aujourd’hui c’est entre Saumur, Doué en Anjou et Montsoreau que nous vous embarquons pour la découverte de ces itinéraires secrets.

 

Itinéraires secrets en Anjou/aufildeslieux.fr/ Vue d'ensemble des rives de Saumur et de son château © DR

Vue d’ensemble des rives de Saumur et de son château © DR

 

Itinéraires secrets en Anjou/aufildeslieux.fr/ Vue depuis la gabare LA NONCHALANTE sur les rives de Loire © K.Hibbs

Vue depuis la gabare LA NONCHALANTE sur les rives de Loire © K.Hibbs

Les fines bulles et les résidences artistiques au sein des caves Ackerman

Situées à Saint-Hilaire-Saint-Florent, sur les rives du Thouet, tout près du centre de Saumur en Val de Loire, la Maison Ackerman possède les caves troglodytes les plus spectaculaires par leur hauteur dans la région. Quand on pénètre dans les lieux on peut y découvrir un puits de lumière à 20 mètres de haut ! Jean-Baptiste Ackerman, d’origine bruxelloise, fut pionnier des fines bulles de Loire dans les années 1811. Ce petit-fils d’agriculteur allait révéler son grand talent d’entrepreneur. Son choix se fixa sur Saumur pour le négoce des vins, avant tout pour sa situation stratégique en termes de transport fluvial. Ce visionnaire participera plus tard au développement et à la mise en place du chemin de fer et de la ligne Paris-Saumur entre 1840 et 1849. Ce jeune ténor des affaires, en perpétuelle quête d’innovation, mettra au point l’effervescence des vins, faisant ainsi concurrence aux vins de Champagne. Une rivalité historique était désormais de mise, à tel point que les vins de Saumur à fines bulles seront étiquetés avec la mention méthode traditionnelle pour se distinguer de la méthode champenoise .

 

Itinéraires secrets en Anjou/aufildeslieux.fr/ Un remueur de bouteilles dans les caves Ackerman © DR

Un remueur de bouteilles dans les caves Ackerman © DR

 

 

 Itinéraires secrets en Anjou/aufildeslieux.fr/

 

De l’invention des premières publicités à celle du bouchon de liège

Le nom Ackerman va s’associer à celui de Laurance, devenant ainsi la Maison Ackerman-Laurance et dévoilant ainsi au monde entier une belle histoire d’amour entre l’entrepreneur quadragénaire et la fille d’un important négociant en vins ligériens. Les exportations s’intensifiant avec un accroissement significatif de sa production juste avant l’apparition du phylloxéra. Louis-Ferdinand, fils de Jean-Baptiste Ackerman, se concentrera sur les rouages des premières publicités au 19 è siècle. On pourra découvrir les différentes versions de l’étiquette de la célèbre cuvée ROYAL-ACKERMAN, déclinée en appellation Saumur et Crémant de Loire. ainsi que de nombreuses affiches, particulièrement pour le marché anglais durant le parcours de visite des caves. En 1863 Jean-Baptiste Ackerman dépose son invention consistant à inscrire le nom de la marque sur les bouchons de liège de ses bouteilles.

 

Itinéraires secrets en Anjou/aufildeslieux.fr/ Affiche Dry-Royal Ackerman © K.Hibbs

Affiche Dry-Royal Ackerman © K.Hibbs

 

 

Etiquettes Dry Royal Ackerman-Laurance © K.Hibbs

 

L’art au centre des bulles

La Maison Ackerman a ouvert les portes de ses caves depuis 2007 pour y accueillir l‘art contemporain sous ses formes les plus diverses. Bon nombres d’artistes internationaux ont pu s’exprimer dans ce dédale de souterrains. En 2015 la Maison Ackerman a poursuivi son action de soutien en s’alliant à l’Abbaye Royale de Fontevraud afin de créer une Résidence Ackerman & Fontevraud. Chaque année un artiste a la chance d’investir ce décor unique afin d’y réaliser une installation éphémère. L’alliance du vin et de l’art a permis à des artistes tels que Julien Salaud, Séverine Hubard, Makiko Furuichi et cette année la plasticienne Anna-Eva Berge, de mettre en place des oeuvres sur mesure. Cette autodidacte, fascinée par les interactions entre lumière et obscurité, joue avec les contradictions réalité et reflet, invisible et palpable, pour engager le spectateur au coeur d’une expérience visuelle et sensorielle. À l’aide de matériaux comme les miroirs ou l’acier, Anna-Eva Berge crée des volumes étonnants dont les surfaces réfléchissantes absorbent et révèlent le flux lumineux. Le tout est accompagné de l’intrigante création sonore de Fabrice Leroux, artiste multimédia.

 

 

« Ecologia Naturotica » depuis 2018, installation de Julien Salaud © K.Hibbs

 

La Salle des Colonnes » (2018-2021) Résidence de Séverine Hubard© K.Hibbs

 

La champignonnière du Saut aux Loups

Toujours ancrée dans la pierre de tuffeau de la région de Saumur, cette champignonnière procède à une culture totalement artisanale. Durant le parcours on découvrira la culture du champignon de Paris ainsi que celle du fameux Shiitaké, venu tout droit du Japon, et deuxième champignon le plus cultivé au monde. On l’apprécie pour ses valeurs nutritives ainsi que son principal composé actif, le lentinane, un sucre qui aurait des propriétés anticancer. Durant ce parcours d’ environ 1 heure, on découvrira comment se reproduisent les champignons. Le shiitaké ( také signifie champignon et shii  veut dire sur l’arbre ) est réputé pour pousser sur les troncs d’arbres. Il s’est adapté à la culture sur substrat stérilisé en intérieur et sous condition contrôlée. Au Saut aux Loups on découvrira d’incroyables nurseries évolutives tant pour les champignons de Paris, les pleurotes que les shiitaké. En ces périodes de grande chaleur la déambulation dans cet environnement à 13 degrés sur les 500 mètres de souterrain est très agréable en plus d’être instructive. Le parcours offre la découverte d’une partie miséale autour des légendes sur les champignons, le laboratoire du champignonniste, la culture en 1900, les hommes et les machines.

 

Culture des champignons de Paris blonds © K.Hibbs

 

Culture de shiitakés © K.Hibbs

 

Et pourquoi pas des Galipettes?

Tout se passe dans l’assiette et ce formidable champignon de Paris qui est tellement gros que l’on peut le déguster farci dans le sublime et authentique décor troglodyte du restaurant du Saut des Loups ! Cinq garnitures au choix de ce champignon cuit au four vous seront proposées avec la salade du Saut :

  • Rillettes,
  • Andouille et oignons confits
  • Saumon fumé et crème fraîche
  • Fromage de chèvre de sainte Maure et noix
  • Beurre persillé à l’ail.

 

Galipette farcie au fromage de chèvre et noix © K.Hibbs

Assortiment de galipettes farcies et verre de Saumur Champigny © K.Hibbs

Le Val de Loire sculpté dans le tuffeau

Le site Pierre et Lumière a été ouvert en 2000. Il constitue un ensemble touristique unique valorisant patrimoine du Val de Loire ainsi que celui du saumurois. Ici plus de 200 tonnes de pierre de tuffeau ont été sculptées par un artiste en solo, Philippe Cormand, originaire de Bretagne. Cet autodidacte a commencé la sculpture à l’âge de 7 ans. Aucun matériau n’a de secret pour lui: pierre, bois ou glace ! La promenade troglodyte que le public fera à Pierre et Lumière en une heure de temps,  correspond à 200 km en Anjou et 3 ans de travail. Une vingtaine de lieux emblématiques y sont présentés soit en volume soit directement sculptés sur les parois rocheuses. Philippe Cormand a travaillé autant avec une tronçonneuse qu’avec une fraise à roulette de dentiste pour peaufiner les moindres détails. Dans les différentes galeries souterraines on pourra revivre les itinéraires secrets en Anjou avec leurs églises, villes et villages, le tout dans une subtile mise en scène lumineuse.

 

Vue de Saumur sculptée dans la roche par Philippe Cormand – Pierre et Lumière © K.Hibbs

 

Bas-relief sculpté sculpté dans la roche par Philippe Cormand – Pierre et Lumière © K.Hibbs

Le Mystère des Faluns aux Perrières

Du côté de Doué à une trentaine de kilomètres de Saumur, il y 10 millions d’années s’étendait la mer et Doué-la-Fontaine où se trouve le site des Perrières était une zone côtière au climat subtropical. Au fil du temps la compression des couches de sable a donné la pierre de falun datant de l’ère tertiaire. Le niveau de la mer dépassait de cent mètres celui d’aujourd’hui. Ces avancées marines ont envahi les terres et y ont déposé des sédiments marins. On y a retrouvé toutes sortes de fossiles marins et terrestres, principalement des coraux, des algues calcaires ainsi que des dunes sous-marines. La pierre calcaire de falun est composée d’une juxtaposition de fines couches, chacune étant le résultat d’une ancienne marée. Dès le haut Moyen Âge des exploitations de pierre se sont traduites par des carrières de sarcophages. Ces carrières étaient creusées autour de masses rocheuses laissées en place pour le soutien des voûtes. Ce sera surtout au 18 è siècle que les sous-sols seront exploités massivement et ce durant 150 ans. Des carriers professionnels ont taillé cette pierre jaune coquillière en creusant de véritables salles jusqu’à la nappe phréatique, créant ainsi de gigantesques réseaux souterrains. Le Mystère des faluns est constitué d’un parcours scénographié évoquant la formation du falun et son exploitation par l’homme. Le cabinet Lucie Los, situé à Angers, a mis en place une scénographie poétique visant à mettre en valeur l’histoire géologique et humaine du lieu. Ce parcours est accompagné par des oeuvres musicales originales de Patrice Grupallo. On découvrira dans la première salle du site un film d’animation projeté sur la paroi rocheuse présentant les grandes étapes géologiques des Perrières. À la sortie de ce parcours enchanteur, on découvrira une sculpture géante de carrier ( réalisée par Philippe Cormand, qui a également oeuvré sur le site Pierre et Lumière).

 

Le Mystère des Faluns- Projection sur la roche © K.Hibbs

 

 

Le Mystère des Faluns- Installation © K.Hibbs

 

Dormir et se restaurer dans un hôtel troglodytique

L’hôtel Rocaminori *** fait partie du réseau Logis de France. Située à Rocheminier, cette entreprise de la famille Justeau, propose 12 chambres dont la plupart sont creusées dans la roche de falun. La fraîcheur de ce lieu plein de mystère vous ravira ainsi que le cérémonial du dîner éclairé à la bougie dans les caves de la Genevraie. Vous y dégusterez un repas de fouaces, spécialité locale de pain cuit au feu de bois et farci de champignons ou de rillettes d’Anjou. Les fouaces ont une longue histoire et ont même fait l’objet d’un chapitre dans GARGANTUA de François Rabelais. En effet l’épisode des Guerres picrocholines évoque une bataille entre les fouaciers de Picrochole et les paysans de Grandgousier qui veulent acheter de belles fouaces dorées . Les fourriers refusent de leur vendre et s’ensuit une bagarre. Entre deux tournées de fouaces et une gorgée de Côteau du Layon, vous pourrez explorer le petit musée souterrain des lieux dont les galeries ont servi de refuge pendant les guerres de religions.

Dans les caves de la Genevraie © K.Hibbs

 

Fouace et rillettes © K.Hibbs

 

*****

Renseignements

Anjou Tourisme
www.anjou-tourisme.com

Saumur Val de Loire Tourisme
www.ot-saumur.fr

À visiter
Caves Ackerman
www.ackerman.fr

Champignonnière du Saut Aux Loups
www.troglo-sautauxloups.com

Pierre et Lumière
www.pierre-et-lumière.com

Le Mystère des Faluns-Les Perrières
https://les-perrieres.com

Où loger sous terre
Hôtel Rocaminori
www.rocaminori-hotel.fr

Où loger à Saumur
Hôtel St-Pierre ****
www.saintpierresaumur.com

Où manger sous terre
Les caves de la Genevraie
www.caves-genevraie.fr

Où manger sur les rives de la Loire
Bateau- Restaurant Sur les quais
www.sur-lesquais.com

En coeur de ville
Bistrot de la Place
www.bistrotdelaplace-saumur.com

Au fil de l’eau

Loire évasion
https://www.loireevasion.com

 

Twitter

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-moi sur Facebook

Partager

0 commentaires