Caillebotte

8
oct.,2018

La beauté des lignes

Gustave Caillebotte était mécène de ses contemporains, les impressionnistes. Aujourd’hui la propriété conserve cet état d’esprit avec la présentation de l’exposition La Beauté des lignes rassemblant 123 œuvres de la collection photographique exceptionnelle de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla jusqu’au 2 décembre 2018. L’exposition a été préparée et présentée par le musée de l’Elysée de Lausanne et voyagera ensuite jusqu’à Barcelone.     Tatyana Franck, directrice du Musée de l’Elysée et Pauline Martin, conservatrice du même établissement, ont porté un regard personnel sur cette collection américaine faisant partie de celles des plus grands collectionneurs privés d’oeuvres photographiques au monde. L’ensemble des tirages présentés sont d’époque (« vintage ») et contemporains de la prise de vue de leurs auteurs respectifs.   La genèse de la collection Gilman- Gonzales -Falla C’est à l’entrée de l’exposition que le public découvrira trois tirages du photographe français Eugène Adget qui furent le point de départ de la collection. Sondra Gilman a fait des études aux beaux- arts  de New-York dans des disciplines académiques telles que peinture et sculpture. Elle éprouvera un véritable choc émotionnel à l ‘occasion de la visite d’une exposition photographique d’Adget au MoMA de New York : «  À la suite de cette visite de l’exposition d’Eugène



13
mai,2018

La Porte des rêves au Domaine Caillebotte

   Durant les beaux jours, le public, amateur d’impressionnisme et de jardins soignés, pourra découvrir l’exposition temporaire La Porte des Rêves au Domaine Caillebotte situé à Yerres dans l’Essonne. Le site a réouvert il y a un an après d’importants travaux de restauration, et demeure le témoin vivant de la vie bourgeoise au XIXe siècle d’une famille d’artistes dont le père, Martial Caillebotte, était un riche marchand de draps. Le Domaine de Caillebotte propose jusqu’au 29 Juillet, dans les dépendances de la Ferme Ornée et de l’Orangerie, une série de 183 œuvres constituant une riche collection autour du symbolisme. Le peintre Gustave Caillebotte, un des trois fils de Martial, avait déjà eu, en son temps, la volonté avérée de réunir un ensemble d’oeuvres impressionnistes. Depuis, la propriété a fait perdurer cette tradition en ouvrant ses portes à l’art de la seconde moitié du XIXe siècle dans sa plus grande diversité. Le courant symboliste y a récemment trouvé une place d’honneur avec La Porte des rêves, exposition rare d’un collectionneur contemporain, passionné d’art et de littérature des plus grands poètes symbolistes. De ce travail minutieux, tant au niveau de la découverte de tableaux aux quatre coins du monde que des cadres