Pionnières, artistes dans le Paris des Années Folles

par | Mar 10, 2022 | Événements, Expositions | 0 commentaires

Le 8 Mars est traditionnellement la journée internationale des femmes, mais celles-ci ont su dans la durée et au cours de l’histoire marquer les esprits par leur émancipation, leur courage et leur créativité. L’exposition Pionnières, artistes dans le Paris des années folles, actuellement visible au Musée du Luxembourg jusqu’au 10 Juillet prochain, retrace le parcours de 45 femmes exceptionnelles durant la décennie 1920-1930.

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Suzy Solidor peinte par Tamara de Lempicka(1935) © K.Hibbs

Suzy Solidor peinte par Tamara de Lempicka(1935) © K.Hibbs

 

 

 

 

Des femmes sur tous les fronts

Durant l’effort de guerre faisant suite aux années 1914-1918, les mères de famille et les veuves devront s’atteler au travail pour lutter contre des situations économiques très difficiles. De nombreuses infirmières  surnommées les  » anges blancs  » sont parties prêter main forte aux mutilés de la première guerre mondiale. Jane Poupelet, sculptrice, va modeler après la guerre des masques pour les « gueules cassées ». Des marraines de guerre verront le jour grâce à différentes associations. Jeanne Burgues-Brun, poétesse et romancière française correspondra avec son filleul de guerre… Guillaume Apollinaire! Après avoir remplacé à la chaîne et aux champs les hommes partis au front, les femmes se concentreront sur les mouvements féministes et la revendication d’un certain nombre de droits qui seront longs à mettre en place face à la résistance de la société patriarcale. Malgré cela, après la « der des ders », elles gagneront en visibilité, obtiendront des diplômes et occuperont le devant de la scène artistique entre 1920 et 1930.  Le désir d’indépendance financière se faisant de plus en plus ressentir, des associations de femmes-artistes vont être créées telles le syndicat des femmes peintres et sculpteurs. Alors que la volonté gouvernementale sera de repeupler la France, ces pionnières deviendront actrices d’une histoire de l’art en plein essor.

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Jane Poupelet sculptant un masque pour une " gueule cassée" © DR

Jane Poupelet sculptant un masque pour une  » gueule cassée » © DR

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ "Pourquoi la Femme doit voter " © DR

« Pourquoi la Femme doit voter  » © DR

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ La Mort et la Femme(1917) par Marie Vorobieff © K.Hibbs

La Mort et la Femme(1917) par Marie Vorobieff © K.Hibbs

 

 Des femmes influentes dans l’univers de la mode, du théâtre et des marionnettes

 

 De nombreuses femmes-artistes vont émigrer en France. Marie Vassilieff, d’origine russe a plusieurs cordes à son arc. Elle se fait connaitre grâce à la confection de poupées représentant des égéries telles que Joséphine Baker ou encore le couturier Paul Poiret. Elle concevra également un ensemble de marionnettes pour le théâtre pour la pièce Le château du Roi de Claude Duboscq. Stefania Lazarska fonde l’Atelier Artistique Polonais pour la création de poupées vendues au profit de la communauté polonaise de Paris.Les marionnettes et les poupées deviennent un champs expérimental dans l’univers des arts plastiques.dans la confection avant-gardiste.

 

 

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Stefania Lazarska-Poupée vêtue d’une robe de style Second Empire de cou- leur chocolat, à galon noir et fleuri, d’un châle dit «des In- des» à motifs cachemire, d’un spencer assorti, d’un bonnet à pompon rouge dit «à la Turque», d’un jupon et d’un panta- lon brodés. © Droits réservés / photo musée du quai Branly - Jacques Chirac, dist. Rmn-Grand Palais / image musée du quai Branly - Jacques Chirac

Stefania Lazarska-Poupée vêtue d’une robe de style Second Empire de cou- leur chocolat, à galon noir et fleuri, d’un châle dit «des In- des» à motifs cachemire, d’un spencer assorti, d’un bonnet à pompon rouge dit «à la Turque», d’un jupon et d’un panta- lon brodés. © Droits réservés / photo musée du quai Branly – Jacques Chirac, dist. Rmn-Grand Palais / image musée du quai Branly – Jacques Chirac

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Alice Halocka-Sur la plage à Trouville(1934)Collage,tissus,papier sur carton©photo K.Hibbs

Alice Halocka-Sur la plage à Trouville(1934)Collage,tissus,papier sur carton©photo K.Hibbs

 

 

Sonia Delaunay, ukrainienne ayant grandi à Saint-Petersbourg, très inspirée par le mouvement cubiste, se lance dans la confection avant-gardiste. Il faut libérer le corps de la femme et de toutes ses contraintes ancestrales. La championne de natation australienne, Annette Kellerman invente le maillot une pièce en 1905 et la mode du bronzage sera confirmée dans les années 1930 par Coco Channel. De nouveaux textiles, plus souples, sont mis au point. Jeanne Lanvin et Madeleine Vionnet imposent également leur style; La maison Vionnet sera à l’origine de l’invention du copyright et à l’initiative de la protection sociale pour ses couturières, notamment en créant des crèches pour les enfants des employées. La peinture libère également le corps des femmes : Jacqueline Marval peint sa Baigneuse au Maillot noir en 1923.

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Marie Laurencin( 1883-1956) Portrait de Mademoiselle Chanel (1923) © photo K.Hibbs

Marie Laurencin( 1883-1956) Portrait de Mademoiselle Chanel (1923) © photo K.Hibbs

 

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Gabrielle Chanel (1883-1971)-Haute Couture-circa 1927-Patrimoine de Chanel-Paris©photo K.Hibbs

Gabrielle Chanel (1883-1971)-Haute Couture-circa 1927-Patrimoine de Chanel-Paris© photo K.Hibbs

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Jacqueline Marval( 1866-1932) La baigneuse au maillot noir -1923©Photo K.Hibbs

La baigneuse au maillot noir -1923©Photo K.Hibbs

 

 

La reconnaissance du « troisième genre »

 

En 1922 le roman  » La garçonne » de Victor Marguerite est publié à 600 000 exemplaires. Ce roman intronise l’image d’une femme libérée sexuellement qui s’assume financièrement et ne choisit pas forcément l’image de la maternité. La coupe de cheveux courte  » à la garçonne  » est lancée par Monsieur Antoine et Marlène Dietrich s’affiche en tailleur pantalon. L’élite des femmes américaines homosexuelles luttant contre le puritanisme et le raciste vient s’installer à Paris. Sylvia Beach ouvre sa librairie anglophone Shakespeare & Company en 1919. Sa compagne, la française Adrienne Monnier tient la Maison des amis du livre. Suzanne Solidor se produit dans son cabaret lesbien  La Vie parisienne, rue Sainte-Anne et entretient une liaison avec la peintre Tamara de Lempicka qui fera son portrait. De son côté la romancière Anaïs Nin fréquente le club Le Monocle, boulevard Edgard Quinet.

Pourtant certaines femmes subissent des sanctions par rapport à leur identité  » gender fluide ». C’est le cas de l’athlète Violette Morris qui verra sa licence retirée par la Fédération Féminine sportive .

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Gisèle Freund Sylvia Beach dans sa librairie Shakespeare and Company, Paris 1936 Épreuve gélatino-argentique 30 x 40 cm France, Paris, Centre Pompidou, Musée national d’Art moderne / Centre de création industrielle © RMN gestion droit d’auteur/Fonds MCC/IMEC - photo Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Gisèle Freund, reproduction de Adam Rzepka

Gisèle Freund Sylvia Beach dans sa librairie Shakespeare and Company, Paris 1936 Épreuve gélatino-argentique 30 x 40 cm France, Paris, Centre Pompidou, Musée national d’Art moderne / Centre de création industrielle © RMN gestion droit d’auteur/Fonds MCC/IMEC – photo Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Gisèle Freund, reproduction de Adam Rzepka

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Portrait de Violette Morris © DR

/Portrait de Violette Morris © DR

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Tamara de Lempicka Suzy Solidor 1935 huile sur toile Cagnes-sur-Mer, Château-Musée Grimaldi © Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 / photo François Fernandez

Tamara de Lempicka Suzy Solidor 1935 huile sur toile Cagnes-sur-Mer, Château-Musée Grimaldi © Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 / photo François Fernandez

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Tamara de Lempicka Perspective ou Les Deux Amies 1923 huile sur toile 130×160 cm. Suisse, Genève, Association des Amis du Petit Palais ©Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 - photo Association des Amis du Petit Palais, Genève / Studio Monique Bernaz, Genève

Tamara de Lempicka Perspective ou Les Deux Amies 1923 huile sur toile 130×160 cm. Suisse, Genève, Association des Amis du Petit Palais ©Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 – photo Association des Amis du Petit Palais, Genève / Studio Monique Bernaz, Genève

 

Pionnières du Female Gaze

 

Les femmes-artistes se sentent libres de se représenter autrement et l’autoportrait devient très présent pour décrire sans complaisance  les différentes étapes de la vie telle que celle de la maternité. Certaines artistes dans le Paris des années folles représentent la maternité de femmes issues de milieux sociaux modestes réagissant ainsi aux inégalités de classes de la société française. On peut citer Mela Muter qui suivra les cours du sculpteur Antoine Bourdelle mais se considérera comme autodidacte. Elle pratiquera une peinture radicale.Le regard des femmes sur leur intimité et les nudité de leur corps se façonne loin des diktats masculins.Suzanne Valadon, qui fut tour à tour acrobate au cirque Molier et modèle d’Auguste Renoir, cultivera un réalisme cru et sans fioritures dans ses tableaux et sa représentation des nus féminins.

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Mela Muter Nu cubiste 1919-1923 Huile sur toile 88 x 115 x 2,5 cm collection particulière-© Droits réservés / photo Desa Unicum - Marcin Koniak

Mela Muter Nu cubiste 1919-1923 Huile sur toile 88 x 115 x 2,5 cm collection particulière-© Droits réservés / photo Desa Unicum – Marcin Koniak

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Mela Muter (1876-1967) Famille gitane (vers 1930) © K.Hibbs

Mela Muter (1876-1967) Famille gitane (vers 1930) © K.Hibbs

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Suzanne Valadon-La chambre bleue( 1923) huile sur toile ©photo K.Hibbs

Suzanne Valadon-La chambre bleue( 1923) huile sur toile ©photo K.Hibbs

 

 

Un monde égalitaire dans la diversité des oeuvres

 

Beaucoup de femmes des années 1920 sont des artistes-voyageuses partant dans d’autres contrées à la rencontre de minorités. Anna Quinquaud fera plusieurs voyages en Afrique à la rencontre de l’ethnie Peul pour réaliser ses sculptures. La peintre Juliette Roche nous entraîne dans son tableau  American Picnic .

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Anna Quinquaud (1890-1984) Chef foulah, 1930 Buste en ronde-bosse en bronze France, Musées de Boulogne-Billancourt / musée des Années Trente, dépôt du CNAP © Adagp, Paris, 2022 / photo Musées de la ville de Boulogne- Billancourt - Philippe Fuzeau

Anna Quinquaud (1890-1984) Chef foulah, 1930 Buste en ronde-bosse en bronze France, Musées de Boulogne-Billancourt / musée des Années Trente, dépôt du CNAP © Adagp, Paris, 2022 / photo Musées de la ville de Boulogne- Billancourt – Philippe Fuzeau

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Juliette Roche( 1884-1980) American Picnic vers 1918) © photo K.Hibbs

Juliette Roche( 1884-1980) American Picnic vers 1918) © photo K.Hibbs

 

*****

Exposition  » Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles « 
Musée du Luxembourg
Du 2 Mars au 10 Juillet 2022
www.museeduluxembourg.fr
19 rue de Vaugirard 75006 Paris  –  Tél. : 01 40 13 62 00

En transports en commun :
RER : ligne B, arrêt Luxembourg (sortie Jardin du Luxembourg)
Métro : ligne 4, arrêt Saint Sulpice ; ligne 10, arrêt Mabillon ; ligne 12, arrêt Rennes
Bus : lignes 58, 84, 89, arrêt Musée du Luxembourg.

Suivre les MOOCS de la Rmn et de la Fondation Orange:
La Rmn – Grand Palais avec le soutien de la Fondation Orange lance le MOOC Arts des Années folles
Début des cours le 28 mars 2022
inscriptions gratuites sur www.mooc-anneesfolles.com
Le 8 Mars est traditionnellement la journée internationale des femmes, mais celles-ci ont su dans la durée et au cours de l’histoire marquer les esprits par leur émancipation, leur courage et leur créativité. L’exposition Pionnières, artistes dans le Paris des années folles, actuellement visible au Musée du Luxembourg jusqu’au 10 Juillet prochain, retrace le parcours de 45 femmes exceptionnelles durant la décennie 1920-1930.

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Suzy Solidor peinte par Tamara de Lempicka(1935) © K.Hibbs

Suzy Solidor peinte par Tamara de Lempicka(1935) © K.Hibbs

 

 

 

 

Des femmes sur tous les fronts

Durant l’effort de guerre faisant suite aux années 1914-1918, les mères de famille et les veuves devront s’atteler au travail pour lutter contre des situations économiques très difficiles. De nombreuses infirmières  surnommées les  » anges blancs  » sont parties prêter main forte aux mutilés de la première guerre mondiale. Jane Poupelet, sculptrice, va modeler après la guerre des masques pour les « gueules cassées ». Des marraines de guerre verront le jour grâce à différentes associations. Jeanne Burgues-Brun, poétesse et romancière française correspondra avec son filleul de guerre… Guillaume Apollinaire! Après avoir remplacé à la chaîne et aux champs les hommes partis au front, les femmes se concentreront sur les mouvements féministes et la revendication d’un certain nombre de droits qui seront longs à mettre en place face à la résistance de la société patriarcale. Malgré cela, après la « der des ders », elles gagneront en visibilité, obtiendront des diplômes et occuperont le devant de la scène artistique entre 1920 et 1930.  Le désir d’indépendance financière se faisant de plus en plus ressentir, des associations de femmes-artistes vont être créées telles le syndicat des femmes peintres et sculpteurs. Alors que la volonté gouvernementale sera de repeupler la France, ces pionnières deviendront actrices d’une histoire de l’art en plein essor.

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Jane Poupelet sculptant un masque pour une " gueule cassée" © DR

Jane Poupelet sculptant un masque pour une  » gueule cassée » © DR

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ "Pourquoi la Femme doit voter " © DR

« Pourquoi la Femme doit voter  » © DR

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ La Mort et la Femme(1917) par Marie Vorobieff © K.Hibbs

La Mort et la Femme(1917) par Marie Vorobieff © K.Hibbs

 

 Des femmes influentes dans l’univers de la mode, du théâtre et des marionnettes

 

 De nombreuses femmes-artistes vont émigrer en France. Marie Vassilieff, d’origine russe a plusieurs cordes à son arc. Elle se fait connaitre grâce à la confection de poupées représentant des égéries telles que Joséphine Baker ou encore le couturier Paul Poiret. Elle concevra également un ensemble de marionnettes pour le théâtre pour la pièce Le château du Roi de Claude Duboscq. Stefania Lazarska fonde l’Atelier Artistique Polonais pour la création de poupées vendues au profit de la communauté polonaise de Paris.Les marionnettes et les poupées deviennent un champs expérimental dans l’univers des arts plastiques.dans la confection avant-gardiste.

 

 

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Stefania Lazarska-Poupée vêtue d’une robe de style Second Empire de cou- leur chocolat, à galon noir et fleuri, d’un châle dit «des In- des» à motifs cachemire, d’un spencer assorti, d’un bonnet à pompon rouge dit «à la Turque», d’un jupon et d’un panta- lon brodés. © Droits réservés / photo musée du quai Branly - Jacques Chirac, dist. Rmn-Grand Palais / image musée du quai Branly - Jacques Chirac

Stefania Lazarska-Poupée vêtue d’une robe de style Second Empire de cou- leur chocolat, à galon noir et fleuri, d’un châle dit «des In- des» à motifs cachemire, d’un spencer assorti, d’un bonnet à pompon rouge dit «à la Turque», d’un jupon et d’un panta- lon brodés. © Droits réservés / photo musée du quai Branly – Jacques Chirac, dist. Rmn-Grand Palais / image musée du quai Branly – Jacques Chirac

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Alice Halocka-Sur la plage à Trouville(1934)Collage,tissus,papier sur carton©photo K.Hibbs

Alice Halocka-Sur la plage à Trouville(1934)Collage,tissus,papier sur carton©photo K.Hibbs

 

 

Sonia Delaunay, ukrainienne ayant grandi à Saint Petersbourg, très inspirée par le mouvement cubiste, se lance dans la confection avant-gardiste. Il faut libérer le corps de la femme et de toutes ses contraintes ancestrales. La championne de natation australienne, Annette Kellerman invente le maillot une pièce en 1905 et la mode du bronzage sera confirmée dans les années 1930 par Coco Channel. De nouveaux textiles, plus souples, sont mis au point. Jeanne Lanvin et Madeleine Vionnet imposent également leur style; La maison Vionnet sera à l’origine de l’invention du copyright et à l’initiative de la protection sociale pour ses couturières, notamment en créant des crèches pour les enfants des employées. La peinture libère également le corps des femmes : Jacqueline Marval peint sa Baigneuse au Maillot noir en 1923.

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/ Marie Laurencin( 1883-1956) Portrait de Mademoiselle Chanel (1923) © photo K.Hibbs

Marie Laurencin( 1883-1956) Portrait de Mademoiselle Chanel (1923) © photo K.Hibbs

 

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Gabrielle Chanel (1883-1971)-Haute Couture-circa 1927-Patrimoine de Chanel-Paris©photo K.Hibbs

Gabrielle Chanel (1883-1971)-Haute Couture-circa 1927-Patrimoine de Chanel-Paris© photo K.Hibbs

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Jacqueline Marval( 1866-1932) La baigneuse au maillot noir -1923©Photo K.Hibbs

La baigneuse au maillot noir -1923©Photo K.Hibbs

 

 

La reconnaissance du « troisième genre »

 

En 1922 le roman  » La garçonne » de Victor Marguerite est publié à 600 000 exemplaires. Ce roman intronise l’image d’une femme libérée sexuellement qui s’assume financièrement et ne choisit pas forcément l’image de la maternité. La coupe de cheveux courte  » à la garçonne  » est lancée par Monsieur Antoine et Marlène Dietrich s’affiche en tailleur pantalon. L’élite des femmes américaines homosexuelles luttant contre le puritanisme et le raciste vient s’installer à Paris. Sylvia Beach ouvre sa librairie anglophone Shakespeare & Company en 1919. Sa compagne, la française Adrienne Monnier tient la Maison des amis du livre. Suzanne Solidor se produit dans son cabaret lesbien  La Vie parisienne, rue Sainte-Anne et entretient une liaison avec la peintre Tamara de Lempicka qui fera son portrait. De son côté la romancière Anaïs Nin fréquente le club Le Monocle, boulevard Edgard Quinet.

Pourtant certaines femmes subissent des sanctions par rapport à leur identité  » gender fluide ». C’est le cas de l’athlète Violette Morris qui verra sa licence retirée par la Fédération Féminine sportive .

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Gisèle Freund Sylvia Beach dans sa librairie Shakespeare and Company, Paris 1936 Épreuve gélatino-argentique 30 x 40 cm France, Paris, Centre Pompidou, Musée national d’Art moderne / Centre de création industrielle © RMN gestion droit d’auteur/Fonds MCC/IMEC - photo Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Gisèle Freund, reproduction de Adam Rzepka

Gisèle Freund Sylvia Beach dans sa librairie Shakespeare and Company, Paris 1936 Épreuve gélatino-argentique 30 x 40 cm France, Paris, Centre Pompidou, Musée national d’Art moderne / Centre de création industrielle © RMN gestion droit d’auteur/Fonds MCC/IMEC – photo Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Gisèle Freund, reproduction de Adam Rzepka

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Tamara de Lempicka Suzy Solidor 1935 huile sur toile Cagnes-sur-Mer, Château-Musée Grimaldi © Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 / photo François Fernandez

Tamara de Lempicka Suzy Solidor 1935 huile sur toile Cagnes-sur-Mer, Château-Musée Grimaldi © Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 / photo François Fernandez

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Tamara de Lempicka Perspective ou Les Deux Amies 1923 huile sur toile 130×160 cm. Suisse, Genève, Association des Amis du Petit Palais ©Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 - photo Association des Amis du Petit Palais, Genève / Studio Monique Bernaz, Genève

Tamara de Lempicka Perspective ou Les Deux Amies 1923 huile sur toile 130×160 cm. Suisse, Genève, Association des Amis du Petit Palais ©Tamara de Lempicka Estate, LLC / Adagp, Paris, 2022 – photo Association des Amis du Petit Palais, Genève / Studio Monique Bernaz, Genève

 

Pionnières du Female Gaze

 

Les femmes-artistes se sentent libres de se représenter autrement et l’autoportrait devient très présent pour décrire sans complaisance  les différentes étapes de la vie telle que celle de la maternité. Certaines artistes dans le Paris des années folles représentent la maternité de femmes issues de milieux sociaux modestes réagissant ainsi aux inégalités de classes de la société française. On peut citer Mela Muter qui suivra les cours du sculpteur Antoine Bourdelle mais se considérera comme autodidacte. Elle pratiquera une peinture radicale.Le regard des femmes sur leur intimité et les nudité de leur corps se façonne loin des diktats masculins.Suzanne Valadon, qui fut tour à tour acrobate au cirque Molier et modèle d’Auguste Renoir, cultivera un réalisme cru et sans fioritures dans ses tableaux et sa représentation des nus féminins.

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Mela Muter Nu cubiste 1919-1923 Huile sur toile 88 x 115 x 2,5 cm collection particulière-© Droits réservés / photo Desa Unicum - Marcin Koniak

Mela Muter Nu cubiste 1919-1923 Huile sur toile 88 x 115 x 2,5 cm collection particulière-© Droits réservés / photo Desa Unicum – Marcin Koniak

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Mela Muter (1876-1967) Famille gitane (vers 1930) © K.Hibbs

Mela Muter (1876-1967) Famille gitane (vers 1930) © K.Hibbs

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Suzanne Valadon-La chambre bleue( 1923) huile sur toile ©photo K.Hibbs

Suzanne Valadon-La chambre bleue( 1923) huile sur toile ©photo K.Hibbs

 

 

Un monde égalitaire dans la diversité des oeuvres

 

Beaucoup de femmes des années 1920 sont des artistes-voyageuses partant dans d’autres contrées à la rencontre de minorités. Anna Quinquaud fera plusieurs voyages en Afrique à la rencontre de l’ethnie Peul pour réaliser ses sculptures. La peintre Juliette Roche nous entraîne dans son tableau  American Picnic .

 

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Anna Quinquaud (1890-1984) Chef foulah, 1930 Buste en ronde-bosse en bronze France, Musées de Boulogne-Billancourt / musée des Années Trente, dépôt du CNAP © Adagp, Paris, 2022 / photo Musées de la ville de Boulogne- Billancourt - Philippe Fuzeau

Anna Quinquaud (1890-1984) Chef foulah, 1930 Buste en ronde-bosse en bronze France, Musées de Boulogne-Billancourt / musée des Années Trente, dépôt du CNAP © Adagp, Paris, 2022 / photo Musées de la ville de Boulogne- Billancourt – Philippe Fuzeau

 

 

 

 Pionnières, artistes dans le Paris des Années folles/aufildeslieux.fr/Juliette Roche( 1884-1980) American Picnic vers 1918) © photo K.Hibbs

Juliette Roche( 1884-1980) American Picnic vers 1918) © photo K.Hibbs

Twitter

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-moi sur Facebook

Partager

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.