Cinéma

On the line, les expulsés de l’Amérique

 

 

Dans le tumulte de la crise sanitaire mondiale, des films documentaires de qualité sont là pour nous faire une piqûre de rappel  sur des faits de société.
C’est le cas du 68 minutes On the line, les expulsés de l’Amérique que l’on pourra voir ce week-end sur la chaîne PUBLIC SENAT. Le film documentaire co-réalisé par Alex Gohari et Leo Mattei nous emmène à la frontière des Etats-Unis et du Mexique , là où est érigé le mur créé par un ancien gouvernant américain…

 

 

 

On the line, les expulsés de l'Amérique/aufildeslieux.fr/le mur de séparation Etats-Unis et Mexique.© Brotherfilms
On the line, les expulsés de l’Amérique, le mur de séparation Etats-Unis et Mexique.© Brotherfilms

 

 

 

Tijuana, épicentre mondial tout au long de l’histoire

À quelques encablures de San Diego et de la Basse Californie, Tijuana a fait parler d’elle .
La ville fut un formidable réservoir de main d’oeuvre pour les Etats-unis. Au moment de la seconde guerre mondiale, on autorisa, pour des raisons de croissance économique, une immigration mexicaine de masse et à bas salaire. Le programme Bracero était né (1942-1964).
Aujourd’hui c’est tout l’inverse qui se produit: chaque année 100 000 mexicain(es)s sont expulsés des Etats-Unis alors qu’ils y sont nés, y ont grandi et participé à la croissance économique.
Certains d’entre eux sont «rapatriés» alors qu’ils n’ont jamais vécu au Mexique ni appris l’espagnol.

 

 

 

On the line, les expulsés de l'Amérique/aufildeslieux.fr/ Mariachis devant le mur de séparation Etats-Unis et Mexique.© Brotherfilms
Mariachis devant le mur de séparation Etats-Unis et Mexique.© Brotherfilms

 

 

Les mal-aimés

La caméra des réalisateurs suit le destin de Richard, Rocio et Sergio.  Les personnages, « largués » dans la ville la plus dangereuse au monde, survivent en travaillant dans un call center. L’ironie du sort fait qu’ils vendent des crédits à une clientèle américaine tout en touchant des salaires de misère.

On the line, les expulsés de l’Amérique brosse le portrait d’un ancien vétéran de la guerre du Vietnam totalement désillusionné partageant des bières avec Sergio.  On y rencontre également une grand-mère qui communique via son portable au quotidien avec sa fille et ses petits enfants restés de l’autre côté du mur. Rocio a fait appel devant l’administration américaine et s’est retrouvée en moins de 30 minutes déportée à Tijuana après 31 ans de vie aux Etats-Unis.
Une séquence du film, à la fois bouleversante et pleine d’ironie, dévoile un groupe de mariachis interprétant des rancheras devant le mur délimitant la frontière entre Mexique et Etats-Unis.
Les silhouettes de Richard et son copain Sergio sont les témoins silencieux de cet intermède musical avec l’espoir secret de retourner aux Etats-Unis.

*****

On the line, les expulsés de l’Amérique
Un film d’Alex Gohari et Leo Mattei
Production Brother Films
Diffusé samedi 6 Mars à 23h30 et Dimanche 7 Mars à 11h30 sur PUBLIC SENAT

Rendez-vous sur Hellocoton !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.