6 bonnes raisons de visiter Split et ses alentours

par | Juin 13, 2022 | Escales, Europe

La saison estivale approchant à grands pas, on pourra se réjouir à nouveau de pouvoir dépasser les limites de l’hexagone. Pourquoi ne pas se rendre en Croatie, après avoir exploré l’Istrie et sa gastronomie dans un de nos précédents articles ? En ce mois de Juin, Au Fil des Lieux vous donne 6 bonnes raisons de visiter Split et ses alentours dans la région de Dalmatie. La multiplicité des activités touristiques s’oriente ici autant vers la mer qu’à l’intérieur des terres. La tradition locale a longtemps été tournée vers l’élevage comme en témoignent les kilomètres de murs en pierre sèche qui jalonnent l’arrière-pays. Dalm en Illyrien ancien, signifie troupeau mais la région est également connue pour la culture de ses oliviers et sa production d’huile exceptionnelle. Ce sont les carrières de pierre, notamment celles de l’ile de Brač, qui ont permis l’édification de divers bâtiments et monuments à l’époque romaine et à la Renaissance. Les Romains donnèrent le nom d’Illyricum à la province Dalmate d’après le nom d’une communauté guerrière tribale de Delmats. Leur passage est resté pérenne grâce à un florilège de monuments et de vestiges encore présents aujourd’hui à Split et ses environs. La construction urbaine du centre historique de Split et de Trogir, toute proche, nous permet de revivre l’histoire riche et bouleversante de la côte dalmate. Le vieux centre historique de Split comprenant  le palais de Dioclétien, est l’un des premiers complexes urbains inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (1979) ainsi que Trogir, située à une trentaine de kilomètres. Il se présente comme un centre urbain important sur la baie de la Dalmatie centrale en face duquel s’étendent les îles historiquement importantes de Brač, Hvar et de Vis.. La Riviera actuelle, située au sud des montagnes Kozjak et Mosor a été l’intersection des routes commerciales depuis la période des Illyriens et des Grecs. Les rois croates ont été couronnés dans cette région et des guerres ont été menées pendant des centaines d’années pour défendre cette petite partie de la côte.

 La baie de Split © DR

 

1-Split, une ville dédiée à l’archéologie et aux festivités

Classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, la deuxième ville de Croatie abrite un florilège de ruines romaines, de palais vénitiens et de bâtiments austro-hongrois. Le centre historique de Split est ceinturé par 4 enceintes: la porte de fer, de bronze, d’argent et d’or. Avant d’y pénétrer on appréciera avant tout la promenade Riva le long du port , baignant dans l’Adriatique, d’où la porte de bronze (Aena) donne accès à la vieille ville.  De nombreuses petites échoppes d’artisanat local sont dressées sur le bord de mer durant les différentes festivités de la ville. Récemment la procession de St Duje, protecteur de la ville, s’est déployée dans le centre historique depuis la cathédrale et a été couronnée à la nuit tombée par un feu d’artifice illuminant toute la baie de Split. La ville d’aujourd’hui est un symbole de modernité dans le cadre de nombreuses manifestations culturelles et de loisirs. Split, tout comme sa voisine Trogir, sont des villes où la vie vibre le jour et éclate dans toute sa beauté lors des sorties et événements nocturnes. Le festival de théâtre à ciel ouvert le plus connu, le Split summer festival  transformera cet été les différents lieux historiques avec des opéras, des ballets et des concerts de musique classique du jeudi 14 Juillet au dimanche 14 Août prochain. L’hôtel Cornaro *****   ,idéalement situé au coeur de la vieille ville, est l’endroit rêvé pour séjourner dans un cadre exceptionnel.

 

Promenade Riva à Split© DR

 

Split summer festival © Croatian tourism board

 

Les Journées de Dioclétien © Croatian tourism board

Les Journées de Dioclétien ont lieu jusqu’à la mi-septembre, ramenant Split à l’époque où le célèbre empereur romain parcourait la ville. Les légions romaines s’alignent dans les rues et les places de la ville, l’empereur Dioclétien en calèche suivi des légions passe de la Promenade au Péristyle où ses co-dirigeants et leurs familles saluent la foule rassemblée. Les sons de la fanfare, des tambours et de la musique romaine se feront entendre dans toute la ville. Des épiceries fines de l’époque romaine y sont présentes ainsi qu’un riche programme de musique et de danse. Un dîner royal sera servi en nocturne dans les locaux authentiques des sous-sols de l’empereur romain Dioclétien. La visite la plus impressionnante, qui d’ailleurs a inspiré la série télévisée éponyme Game of Thrones, est certainement celle du palais de l’empereur Dioclétien. Split s’est développée à partir de ce palais dans lequel l’empereur se retira après son abdication le 1er mai 305. Le palais est l’une des œuvres les plus significatives de l’architecture antique, non seulement pour la préservation de certaines pièces d’origine et de son ensemble, mais aussi pour la série de formes architecturales originales qui annoncent le début de l’art médiéval. Peu à peu des éléments monumentaux du palais de l’empereur ont été brisés en morceaux pour les besoins quotidiens de la ville, les murs des salles impériales les plus représentatives du palais, les différents temples et les tours devinrent des carrières à ciel ouvert pour initier de nouveaux chantiers de construction.

 

Maquette du Palais de Dioclétien© K.Hibbs

Vue sur l’enceinte actuelle du Palais de Dioclétien © DR

 

Péristyle du Palais de Dioclétien à Split © DR

 

 

Dioclétien, un ancien esclave promu empereur

La ville de Split sera à jamais marquée par la personnalité haute en couleur de l’empereur Dioclétien. Ce dernier était présumé descendant d’esclaves. Gaius Aurelius Valerius Diocletianus (vers 243 – 316) est la version latinisée de Dioclès, le nom grec d’un simple soldat, né dans le voisinage de la capitale de la province romaine de Dalmatie, Salona. Il fut proclamé empereur le 20 novembre 284 afin de mettre de l’ordre en Gaule et d’empêcher l’apparition d’usurpateurs. En 293 Dioclétien établit une tétrarchie en nommant son ami Maximianus à la tête de la partie occidentale de l’empire et fit appel à deux autres dirigeants conjoints Galerius et Constantius Chlorus.

Dioclétien sécurisa les frontières de l’État, exécuta une nouvelle division territoriale de l’Empire, sépara le régime militaire du régime civil, revisita l’organisation interne de l’armée et la structure de la bureaucratie de l’État. Il établit également  l’ordre dans le système financier, toléra le christianisme à ses débuts jusqu’en 303 et le condamna par la suite par le biais de nombreuses exécutions, confiscations de biens et démolitions d’églises. Il fit exécuter Saint Domnius ainsi que son épouse l’impératrice Prisca et sa fille Valéria qui s’étaient converties au Christianisme. Dioclétien abdiqua en Mai 305, craignant d’être assassiné, quitta Rome et se retira dans son palais de Split  près de Salona. Il voulait passer les jours de sa retraite impériale sur la magnifique baie envahie de genêts espagnols où il avait vécu durant sa jeunesse. La longévité de cet empereur fut assez exceptionnelle pour l’époque. L’ancien mausolée de Dioclétien est devenu aujourd’hui la cathédrale Saint-Domnius (patron de la ville dont la fête a eu lieu le 7 Mai dernier). Au cours des siècles suivants, et pendant 1 700 ans, le cœur de la ville a également été créé à partir du noyau du palais impérial. Ce serait le nom en grec ancien de ces genêts à balai Aspalathos, présents sur les collines environnantes de Split, qui aurait été transformé par les romains en Spalatum puis au début du 20 ème siècle le nom slave Spljet fut transformé en Split.

 

 Buste de Dioclétien © K.Hibbs

 

Genêt espagnol sur le port de Split ©K.Hibbs

 

2- Découvrir les sous-sols de l’ancien palais de Dioclétien

Les sous-sols ont vraisemblablement servi d’entrepôts et de logements pour les esclaves. Il est intéressant de s’y promener, car cela permet de mieux imaginer les appartements impériaux, aujourd’hui détruits, qui se trouvaient au-dessus et devaient avoir sensiblement le même plan.Les murailles d’enceinte faisaient  plus de 25 mètres de haut et  2 mètres d’épaisseur. Le palais, inscrit dans un quadrilatère, totalise une surface d’environ 30 000 mètres carrés. Il était autrefois un véritable castrum romain découpé en 4 quartiers : le cardo pour les axes nord reliant la porte d’or au nord à la porte de bronze au sud et le décumanus pour l’axe est et ouest reliant la porte de fer à l’ouest à la porte d’argent à l’est. La partie sud du palais était réservée aux appartements impériaux. La zone centrale était dédiée aux temples et au mausolée de Dioclétien construit de son vivant. L’ensemble était entourés de 16 tours défensives. On comptait plus de 3000 habitants dans l’enceinte du palais. Les sous-sol qui supportaient les salles de la résidence impériale permettaient de compenser la dénivellation du terrain. Ils furent longtemps comblés par les détritus depuis le Haut-Moyen Âge et dégagés à partir de 1956. Cette  » fosse septique » participait largement aux épidémies et maladies des habitants. Certaines des salles voûtées auxquelles le public a accès servirent de lieu de culte aux premiers chrétiens. On retrouve, gravés dans les murs, des dessins présumant également de la présence d’une communauté juive.

 

 

 

Les sous-sols du Palais de Dioclétien © Croatian tourism board

Voûte circulaire à ciel ouvert © K.Hibbs

Ménorah attestant la présence de la communauté juive dans l’enceinte du Palais de Dioclétien© K.Hibbs

 

3-La gastronomie dalmate à Split

Split est une ville joyeuse laissant une grande place au plaisir épicurien de la gastronomie et des produits locaux. Si vous avez besoin d’être piloté dans vos choix, l’agence Gourmet Croatia sera de bon conseil en vous proposant, sous la forme d’excursions, de déguster les spécialités locales. Vous pourrez également vous mettre derrière les fourneaux en compagnie d’un chef après avoir fait votre marché avec lui! La cuisine croate est marquée par l’influence Méditerranéenne. Une des spécialités de Split sont les gnocchis accompagnés de fruits de mer. À tester impérativement également : le soparnik, une grande tourte réalisée avec de l’huile d’olive locale très réputée, garnie de blettes et d’oignons blancs. Elle sera découpée en petits losanges avant d’être servie. On se restaurera avec une pasticada, un ragoût réalisé avec de la viande de boeuf marinée dans du vin rouge et du vinaigre de vin durant plusieurs jours puis mijoté à feu doux avec des clous de girofle, des prunes, de la cannelle, des carottes et du céleri. Le tout est généralement accompagné de délicieux gnocchis faits maison. Le vin rouge Terran aux jolis reflets violets, sera idéal pour accompagner ce plat de viande. L’agneau ou janjetina s raznja ,cuit à la broche, est également très apprécié, notamment sur l’île de Brač où les traditions pastorales prévalent. Côté charcuterie, on pourra picorer en apéritif du Pršut et du šokol ,une coppa locale. Une douceur incontournable allèchera vos papilles gourmandes avec des fritules, petits beignets ronds parfumés à l’eau de vie et à la liqueur de rose. L’alcool de prune sera très apprécié en digestif après un bon repas en Dalmatie! Si vous avez un petit creux en milieu d’après-midi, le très réputé marchand de glaces Luka, à quelques pas du théâtre national croate, vous proposera des glaces vegan aux parfums concoctés au jour le jour  ainsi qu’une délicieuse tarte Splitska .

 

Soparnik © Maja Danica Pecanic

Pasticada © Maja Danica Pecanic

 Fritules © K.Hibbs

Si vous vous arrêtez pour une dégustation dans une des nombreuses épiceries fines de Split, demandez à tester l’huile d’olive extra vierge biologique provenant des oliviers de Nadin, petite ville Dalmate connue pour être le terroir comptant le plus grand nombre de producteurs d’huile écologique en Croatie.

4-Trogir, la petite soeur de Split

Située à l’ouest de Split, Trogir est une jolie cité médiévale aux ruelles jalonnées d’ architecture Renaissance et baroque.La ville d’origine, Tragurion, était une île reliée au continent par un isthme étroit. La porte de la vieille ville s’ouvre sur son quai très animé, jalonné de nombreuses terrasses et cafés avec vue sur le port. Le temps d’une demi-journée la visite de la cathédrale Saint-Martin de Trogir  s’impose car elle est très certainement l’une des plus belles de Croatie. Le portail de cet édifice religieux constitue une magnifique réalisation d’art roman, sculptée et finalisée en 1240 par l’artiste et architecte local Maître Radovan. Des représentations d’Adam et Ève reposent sur des lions et des scènes de la vie agricole sont sculptées sur les pilastres, encadrées par différents apôtres. La chapelle dédiée à Jean de Trogir est de pur style Renaissance. Son architecte, Niccolò di Giovanni Fiorentino ,assisté du sculpteur de Trogir, Ivan Duknović, furent payés une fortune pour la réalisation de cette chapelle.La voûte à caissons représente Dieu le père entouré de 96 séraphins sculptés dans la pierre, chacun occupant un compartiment. Une rivalité notoire entre la cathédrale de Split et celle de Trogir, de 200 ans sa cadette a marqué l’histoire . En 1409 quand Venise fut au pouvoir, les romains commencèrent à s’inspirer de la basilique St Marc de Venise. Un clocher commencé dans la seconde moitié du XIIIe siècle, s’élève au-dessus du parvis de la cathédrale. Celui qui est visible aujourd’hui a été créé lors de la rénovation de l’ensemble du complexe de la cathédrale, gravement endommagé lors du bombardement de la ville en juin 1420.

 

Une des portes de la ville de Trogir© K.Hibbs

Portail sculpté par Maître Radovan de la cathédrale St Martin de Trogir © K.Hibbs

 

5- La rivière Cetina

Les amoureux de la nature et de paysages atypiques feront un détour au nord de Split en véhicule pour découvrir les splendides points de vue donnant sur la rivière Cétina dont la source est située à 385 m d’altitude. La rivière, d’une profondeur de 150 mètres, s’écoule sur 101 kilomètres jusqu’à la mer Adriatique. Les reliefs karstiques de cette région feront  le plus grand bonheur des randonneurs et des plongeurs (la température de l’eau est paraît-il assez fraîche!).

 

La rivière Cetina © K.Hibbs

 

6- Prendre le ferry pour rejoindre l’île de Brač

 

Une traversée très plaisante en ferry, d’environ une heure, nous embarque jusqu’au port de Supetar sur l’île de Brač . Sur cette île règne la pierre issue d’un sous-sol calcaire, celle-là même qui a servi à la construction du palais de Dioclétien mais aussi à celle de la Maison-Blanche à Washington. Aujourd’hui plus de 3000 personnes travaillent dans les carrières de pierre de Brač dont la qualité ont fait la renommée et la richesse de l’île depuis l’Antiquité. L’unique et seule école de tailleurs de pierre de toute la Croatie se trouve à Pučisća dans une vaste demeure sur le front de mer où une centaine d’apprentis perpétuent une tradition deux fois millénaire, remontant à l’époque romaine.

 

 

Sur le ferry en route vers l’île de Brač © K.Hibbs

 

Grimper jusqu’à l’ermitage de Blaca

À environ 5 km de Nerezisca où l’on se rend par une piste carrossable, on empruntera ensuite à pied un sentier très pierreux pour atteindre 45 minutes plus tard le monastère de Blaca en contrebas ( le retour est à éviter en plein soleil car la montée est un peu raide). Ce lieu, accroché au flanc d’une ravine, fut fondé par des moines fuyant l’avancée des Turcs au XVI è siècle. À l’intérieur un petit musée ,consacré à l’histoire de la communauté religieuse, évoque les différentes périodes historiques ainsi que la mise en place de l’alphabet glagolitique. En effet au XI è siècle, un évêque de Croatie a eu l’approbation du Pape Innocent IV à utiliser l’alphabet glagolitique (vieux slave) dans la liturgie. Jusqu’au XVIII è siècle, ce pays balkanique a utilisé cet alphabet et le latin pour leur messe. Ce monastère abrita une école et même une petite imprimerie. Le dernier moine, féru d’astronomie, y installa un observatoire en 1926.  Il est malheureusement interdit de prendre des photos à l’intérieur du monastère, il vous faudra donc vous imprégner des lieux et les mémoriser.

 

Entrée du monastère de Pustinja Blaca © K.Hibbs

Vue d’ensemble du du monastère de Pustinja Blaca © K.Hibbs

*****

Renseignements pratiques

Vol Transavia Paris-Split au départ de l’aéroport d’Orly , Nantes et Montpellier à partir de 40 euros pour un aller simple.
Vol Croatia Airlines au départ de Paris CDG avec 4 vols hebdomadaires.

Trajet en navettes entre l’aéroport et le port de Split.  Comptez  30 kunas (environ 4 €). Ce service est disponible entre le mois d’avril et le mois d’octobre. La navette vous dépose à la gare routière de Split. Vous pouvez ensuite utiliser le réseau de bus urbain.
– Le bus numéro 37 qui vous transporte en ville en 50 minutes environ. Il faut compter 21 kunas (moins de 3 €).
– Le transfert privé vous conduit en berline ou en minibus. Le prix évolue selon le nombre de passagers et le type de véhicules. Il vous en coûtera 225 kunas (environ 30 €).
– Le taxi vous attend à la sortie de l’aérogare et vous mène au centre-ville pour un tarif de 250-290 kunas (entre 33 et 39 €).

Où loger à Split
Cornaro Hotel*****à Split (avec 2 entrées distinctes)
Address 1: Sinjska ulica 6
Address 2: Ulica kralja Tomislava 9
Split, Croatia
Tel: +385 21 644 200
Mob: +385 91 644 2000
www.cornarohotel.com

Office de tourisme de Dalmatie centrale
www.dalmatia.hr/fr/
Office de tourisme Peristil (palais de Dioclétien) – t 021 345 606 – www.visitsplit.com

À consulter le site www.inyourpocket. com

La SplitCard est délivrée gratuitement
dans les bureaux de l’office de tourisme de Split à condition de passer au moins 5 nuitées d’avril à septembre.

Où dîner à Split
Zrno Soli ( au sein de la Marina de Split)
Uvala baluni 8
Tel: 021 399 333
www. zrnosoli.hr

Où boire un verre à Split
Vidilica Café
Prilaz Vladimira Nazora 1 – Marjan
TEL: 099 788 84 82
À côté du belvédère, on l’apprécie pour sa terrasse qui offre une vue superbe sur la ville et la baie.

Office de tourisme de Trogir
www.visittrogir.hr

Gare routière pour se rendre à Split
Kneza Trpimira 2, en face de la vieille ville
Tel: 021 882 947

Où loger à Trogir
Hotel Villa Fontana
Obrov 1
Tel: 021 885 744

Office de tourisme à Supetar sur l’île de Brač
Porat 1 (quai du débar- cadère) –
Tel: 021 630 551 – www.supetar.hr.

Aéroport de Brač 
Tel: 021559711- www.airport-brac.hr.

Randonnée gastronomique sur l’île de Brač:
Le sentier pédestre gastronomique Dolčevita (6 km), débute à l’agrotourisme Ranjak, près de Supetar, complexe comprenant plusieurs restaurants et tavernes, des galeries d’art et une cave. Outre la découverte d’une nature préservée, la randonnée donne l’occasion de goûter en chemin aux meilleures spécialités culinaires de Brač tels que fromages, vins et alcools, douceurs, agneau, et bien sûr de tester l’huile d’olive de l’île.

Où loger à Brač
Hôtel Milna Osam ( pour adultes exclusivement) : www.watermanmilna.com/
Waterman Svpetrvs Resort – Put Vela Luke 4
Tel: 021 631 133
www. water- manresorts.com

Les meilleurs guides à acheter

 

Remerciements à l‘Office National Croate de Tourisme de Paris ainsi qu’à M Josko Stella de l’office de tourisme du comté de Split-Dalmatie.

 

 

 

 

 

Twitter

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-moi sur Facebook

Partager

0 commentaires