15
Nov,2014

Secrets de Champagne…

Vignoble de champagne_1

Six destinations champenoises ont reçu pour trois ans le label «Vignobles et Découvertes» lancé en 2009. Cette distinction constitue à la fois une dimension touristique et viticole, permettant, grâce au savoir faire des producteurs viticoles locaux, une approche touristique de qualité. Je me suis rendue récemment dans la vallée de la Marne, située à une heure trente en train de Paris, pour y apprécier son expertise dans le domaine du vignoble de champagne et tout particulièrement son cépage meunier! C’est autour de la ville d’Epernay que j’avais évoquée il y a un an, que rayonnent les six destinations géographiques du champagne, chacune ayant son cépage et une qualité de terrain qui lui est propre. Le nord et l’est de la vallée de la Marne, encadrant la ville de Reims, le Massif St-Thierry et la Montagne de Reims offrent un cépage de meunier et de pinot noir, tandis qu’au sud d’Epernay le chardonnay reste le cépage de prédilection des Côtes des Blancs et de Sézanne. La Côte des Bar, située dans l’Aube constitue la quatrième grande région viticole.

 

 

Vignoble de champagne_2

Vignoble de champagne_3

© Philippe MAILLE-Collection CIVC

Un pied de vigne pour une bouteille de Champagne…

En Champagne Ardenne, 15 000 vignerons se partagent 280 000 parcelles. Chaque exploitant possède environ 2 hectares de terres et la production sur un hectare seulement correspond en moyenne à 10 000 bouteilles! Le champagne  doit son succès au talent, à la pugnacité et à la solidarité des hommes et des femmes de son terroir…

 

 

Un Comité Interprofessionnel, ambassadeur du vin de champagne…

Les Vins de Champagne seront commercialisés en bouteille et non plus en tonneaux à partir de 1728. C’est à la suite de la terrible crise du phylloxera de 1890 que sera établie une Association Viticole Champenoise en 1898. S’en suivra en 1940 la création d’une entreprise mixte interprofessionnelle, le CIVC, qui aujourd’hui alloue un budget annuel de 20 millions d’euros. Ce comité assure la protection de la marque Champagne au niveau mondial, comporte un pôle technique dédié à l’environnement et aux vignobles expérimentaux avec le savoir-faire d’ingénieurs et de techniciens et gère les transactions relatives à la production.

 

 

L’art est dans la craie….

En Champagne Ardenne, le sous sol est plus important que le sol lui même.

Ici les terrains sont de nature argilo-calcaire et la craie contient de nombreux fossiles déposés par les mers de la fin de l’ère secondaire. Cette craie, dotée de multiples vertus ne peut que faire du bien à la vigne champenoise: elle régule la chaleur et absorbe l’eau nécessaire aux racines des vignes.

Mais les crayères, créées à l’époque romaine, sont également un lieu de mémoire à l’image de la grotte Chauvet!

Réquisitionnées pendant la Seconde Guerre Mondiale on y trouve encore, cachés derrière des pupitres de bouteilles de campagne, des témoignages sous la forme de graffitis d’ouvriers ou encore de prisonniers enfermés dans des geôles improvisées par l’ennemi.

Les crayères font partie des sites pressentis pour un label au Patrimoine Mondial de l’Unesco dans le cadre de la candidature des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne, à Bonn en 2015.

 

 

Vignoble de champagne_4

© J.P Paireault- Collection CIVC

Vignoble de champagne_5

© Michel GUILLARD – Collection CIVC

Une Chasse au trésor au Pays de Dom Pérignon….

 

 

Vignoble de champagne_6

C’est à Hautvillers, berceau du champagne, que tout s’est joué au niveau de la «méthode champenoise».

Le moine bénédictin, Pierre Pérignon, qui s’occupait des vignes de l’abbaye de St-Pierre d’Hautvillers et sélectionnait les meilleures variétés de raisin, coulait de la cire d’abeille dans les goulots des bouteilles pour qu’elles soient totalement hermétiques. C’est par l’effet de la fermentation provoquée par le gaz carbonique emprisonné dans le verre, qu’il découvrit la technique de la prise de mousse ou «méthode champenoise».

Nombre de bouteilles explosèrent dans les caves de l’Abbaye mais cela en valait la peine pour une telle découverte !

 

Vignoble de champagne_7

© Droits Réservés

Ce petit village aux 140 enseignes suspendues au dessus des maisons peut être découvert de façon ludique grâce à un parcours d’orientation proposant un circuit thématique sur les vendanges et une dégustation chez des producteurs locaux. Début 2015 l’activité sera proposée sur tablette tactile.

 Une balade ludique d’un peu plus d’une heure constituera une façon originale et sportive de découvrir ce lieu historique.

 

Vignoble de champagne_8

Vous avez dit «Meunier»?

Passy-Grigny se situe dans la vallée de la Marne où St-Vincent veille sur les vignes qui poussent sur son sous-sol crayeux couvert de limon. Patience et rigueur donneront un champagne d‘exception. La teneur en sucre et le degré d’acidité du raisin annonceront l’instant précis des vendanges….

C’est ici même, grâce à un élan de solidarité, qu’est née la coopérative des champagnes DOM CAUDRON en 1929.

Cinq vignerons, grâce aux 1000 francs remis à leur attention par le curé du village, l’abbé Caudron, achetèrent en commun un pressoir. En effet à l’époque, les viticulteurs se partageaient des pressoirs mobiles mais tout le monde voulant écraser son raisin le même jour, des querelles ternissaient l’atmosphère dans le village! C’est ainsi que les hommes optèrent pour un système coopératif à Passy-Grigny: les 5 ouvriers sur leurs 2 hectares de terrain ont fait place aujourd’hui à 81 vignerons sur 138 hectares…

 

 

Vignoble de champagne_9

Vignoble de champagne_10

Le cépage Meunier, par l’effet d’un vieillissement très long a une rondeur et un fruité particuliers et il est la spécialité du Champagne DOM CAUDRON produit ici.

On peut encore voir le vieux pressoir sur lequel on fait des démonstrations: il supporte un chargement manuel de 4 tonnes de raisin qui représentent 2550 litres de jus. Aujourd’hui la coopérative possède un centre de pressurage et 6 pressoirs à la pointe de la technologie. Les raisins écrasés formeront une galette dont on extraira le jus par plusieurs pressurages successifs. Le premier est celui de la cuvée et c’est le meilleur, le deuxième, appelé le jus de la taille, servira à faire du champagne classique.

160 Kilos de raisin produiront 100 litres de moût (le jus) qui seront stockés en fûts. La première fermentation à 20 degrés transformera le jus de raisin en vin de base. Les  évaporations de cette décantation, absorbées par le bois des tonneaux, ont été baptisées comme étant «la part des anges». C’est grâce au batonnage (réalisé avec une dodine, longue tige en acier comportant une spatule à son extrémité, qui sera agitée dans l’orifice des fûts de chêne) que l’on incitera la révélation d’arômes plus subtiles, empêchant l’oxydation du vin tout en préservant la pureté du fruit…

Une liqueur de tirage sera ajoutée pour provoquer une deuxième fermentation, nommée «prise de mousse» et qui favorisera l’effervescence du vin.

Peu à peu le vin tranquille entame sa lente transformation dans des caves à une température constante de 12 degrés telle la Belle au Bois Dormant…

La cuvée Cornalyne et le Millésimé 2005 ont reçu diverses récompenses à l’automne 2012.

 

 

Un Phare au milieu des vagues…de vignes !

Le négociant en spiritueux Joseph Goulet dont le père fut le fondateur des succursales Goulet-Turpin, regroupement d’épiceries dans les années 1948. Le succursalisme né dans les années 1866, était devenu profitable, augmentant le chiffre d’affaires et réduisant les frais. Joseph Goulet, patron de la maison de champagne du même nom avait des idées avant gardistes. En procédant à la construction de ce phare tout en béton sur le mont Rizan, il voulait promouvoir sa marque et faire «de la réclame». La nuit, les vignes étaient balayées par la puissante lumière de l’édifice et le jour on pouvait à la verticale lire sur les 6 côtés du phare le nom JOSEPH GOULET.

Durant les années folles, la guinguette qui se trouvait en contrebas était un lieu incontournable pour le public.

 

 

 

Vignoble de champagne_11

© collection phare de Verzenay

La Grande Guerre mit fin à ces animations populaires et le phare tomba dans la décrépitude. Les Collectivités locales le rachetèrent en 1987 pour en faire le Musée de la Vigne actuel. On y propose un parcours audio autoguidé en quatre langues qui vous fera découvrir le territoire de Champagne et l’évolution des métiers de la vigne. Un film raconté par Robert Hossein vous fera revivre la folle aventure du visionnaire Joseph Goulet.

 

 

Vignoble de champagne_12

© collection Phare de Verzenay

Se renseigner:

www.tourisme-champagne-ardenne.com

www.tourisme-en-champagne.com

www.champagne.fr

 

 

*****

Le Musée du Champagne Launois Père & Fils

Visite guidée de 2 heures et dégustation sur place.

2 Avenue Eugène Guillaume, 51190 Le Mesnil-sur-Oger

Tel 03 26 57 50 15

*****

L’Hotel Particulier du Champagne Michel Gonet avec dégustations.

www.gonet.fr

*****

 Découvrir le village d’Hautvillers avec CAP ORIENTATION

www.cap-orientation.com

Tel 03 26 08 54 71

 

*****

 Coopérative et Champagne DOM CAUDRON à Passy-Grigny

10 Rue Jean York

51700 Passy-Grigny

www.domcaudron.fr

*****

Le Phare de Verzenay en Champagne

www.lepharedeverzenay.com

*****

 Faire un saut en Haute Marne au 18ème Festival de la photo animalière et de la nature

Du 20 au 23 Novembre à Montier-en-Der .

http://www.festiphoto-montier.org/

Vignoble de champagne_13

© Séverine PILLET

Où dormir dans la vallée de la Marne:

Au Lys Royal

Chambres d’hôtes à Oeuilly

www.aulysroyal.fr

Le Moulin Babet

Hotel  & restaurant gastronomique à Mezy-Moulin

www.hotel-moulinbabet.com

Où dormir à Reims :

Hôtel de la Paix Best Western ****

9 rue Buirette

51100 Reims

www.bestwestern.fr

Et aller voir le sourire de l’ange de la Cathédrale de Reims au petit matin!

Vignoble de champagne_14

Tous mes remerciements à Champagne Ardenne Tourisme, au CDT de la Marne, au CIVC et à Arnaud.

Rendez-vous sur Hellocoton !
[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]
Secrets de Champagne…Ecris parKatherine HibbsMoyenne des votes4.5/5 - 2evaluations visiteur



A propos de l'auteur

Katherine Hibbs

Je suis une passionnée de l'image et de l'écriture. Photographe depuis plus de 30 ans d'abord dans la mode puis très vite dans le reportage et le domaine des expositions artistiques, j'ai exploré l'univers du film documentaire et de l'écriture. Je fais du journalisme depuis 10 ans comme pigiste et ai décidé de créer mon blog il y a un peu plus d'un an. Mon crédo: l'échange, l'écoute et le partage sans oublier la pratique des langues étrangères.. Si vous êtes gourmand, curieux, mélomane, et passionné, alors suivez mon itinéraire au fil des lieux...

Laisser un commentaire