macaron

24
Mai,2016

Faire fondre le coeur des mamans

  Faire fondre le coeur des mamans…Je ne connais pas beaucoup de maîtres pâtissiers qui sachent le faire aussi bien que Yannick Lefort ! Ses créations de macarons, en plus du fait d’être irrésistibles, font référence à des savoirs-faire ancestraux venus de tous les coins de France ! Cette fois- ci à l’occasion de la fête des mères, Yannick nous emmène aux confins de l’Italie et de notre jolie Provence avec des macarons savamment assortis aux calissons que nous avons tous dégustés, au moins une fois, au pays de Marcel Pagnol !   Cette pâte fondante composée d’amandes douces et amères fut inventée à Padoue au XII ème siècle pour ponctuer diverses cérémonies religieuses. C’est à Saint- Rémy de Provence que le calisson sera évoqué pour la première fois par Nostradamus qui concoctera une recette en 1555 pour son ouvrage Le confiturier. Yannick Lefort lui a donné un supplément d’âme et de douceur pour fêter et toucher le cœur des mamans avec des accents de melon et de mandarine confits.   Pour épater la galerie autour du repas dominical le 29 Mai prochain, pourquoi ne pas partager un grand Cœur Framboise, le gâteau macaron «  dernier cri » de Yannick ? Ce macaron géant enivrera



25
Avr,2015

Macarons gourmands…

Le Macaron est devenu un véritable emblème national. Avant d’être l’éponyme délice coloré parisien et de devenir le Macaron Gerbet en 1820, du nom de son créateur, ce savoureux biscuit a fait le tour de France et ce, dès le moyen âge où Rabelais l’évoquait déjà. Catherine de Médicis importera d’Italie au XVIème siècle une pâte alimentaire qui se développera en «macaron» grâce à l’importation d’amandes, ce qui devait désigner la pâtisserie dont tout le monde raffole aujourd’hui ! C’est un certain Monsieur Adam, Maître pâtissier, qui en offrit à Louis XIV à l’occasion de son mariage avec l’Infante Marie Thérèse d’Espagne à St Jean de Luz. Le Macaron voyagera dans toute la France sous la forme de simple biscuit broyé et moulé dans une cuiller en argent à Nancy ou transformé en couronne ducale à Montmorillon dans la Vienne.  Une légende rapporte qu’un moine de Cormery ayant pour habitude de pétrir de la pâte d’amande torse nu, s’endormit sur le dos avec un peu de pâte qui avait éclaboussé son nombril. Ce détail imprévu donna naissance au macaron de Cormery avec un trou au centre du biscuit. C’était une pâtisserie facile à réaliser et à conserver. Il s’agissait d’un broyé