5
Jan,2017

Le Trait sculpté de Georges Dorignac

La Piscine-Musée d’Art et d’Industrie André Diligent de Roubaix est un lieu unique à plus d’un point et propose l’exposition le Trait Sculpté de Georges Dorignac jusqu’au 5 Mars prochain.
Ce fut avant tout un bassin de natation municipal de pur style Art Déco conçu dans les années 30 par l’architecte franc-maçon Albert Baert et commandité par le maire de Roubaix, Jean Lebas.
De chaque côté de l’espace, deux grandes verrières y symbolisent le soleil levant et couchant.

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/vue de la Piscine©K.Hibbs

 

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/vue de la Piscine©K.Hibbs

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/vue de  façade Piscine©K.Hibbs

Ici toutes les classes sociales se confondent et profitent pleinement d’équipements innovants, cela durera 50 ans jusqu’à la fermeture de la Piscine en 1985 pour des raisons de sécurité.
Le nouvel aménagement des lieux en espace muséal sera confié à Jean- Paul Philippon qui utilisera de façon innovante les cabines de bain, les transformant en une série de niches d’exposition ouvrant directement sur l’eau du bassin olympique. Mais l’émerveillement réside également dans la découverte et le parcours de l’exposition monographique Le trait sculpté autour de l’oeuvre de Georges Dorignac conçus en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, ville natale de l’artiste .

 

 

  Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/ Affiche© DR

Cet événement dont le public pourra profiter jusqu’au 5 Mars 2017 a reçu notamment le soutien du collectionneur Pierre Rozenberg confirmant ainsi la reconnaissance tardive et méritée attribuée à Georges Dorignac.
L’ambition première de cet artiste était de devenir décorateur en réalisant vitraux, céramiques et tapisseries. Un ensemble de 90 œuvres est présenté à La Piscine de Roubaix dont la plupart sont issues de collections privées. À ses débuts Dorignac peindra à la manière des impressionnistes: on peut évoquer notamment le tableau de sa belle- fille Suzanne réalisé dans le style de Renoir. Le peintre exposera au Salon des Indépendants dès 1902 où il signera ses œuvres sous le nom de Jorge Dorignac jusqu’en 1904, étant très influencé par l’école espagnole et ses amis artistes catalans.

 Dorignac a beaucoup travaillé dans le confinement et l’ascétisme, se limitant au cercle familial.
Il s’installera à la Ruche de Montparnasse, fief de l’école de Paris et fondée par le philanthrope Alfred Boucher, durant l’été 1911 où il aura l’ occasion de cotoyer d’autres artistes des mouvements cubiste et expressionniste tels que Chaïm Soutine.

 

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/portrait-de-femme-au-chignon

 

 

L’ œuvre au Noir

Cette exposition à la Piscine du Musée d’arts et d’industrie de Roubaix nous fait découvrir les saisissants dessins au noir du peintre, représentant des têtes, des études de nus ou encore des travailleurs en plein effort. La technique de Dorignac fait appel au fusain, à la pierre noire, au pastel gras, utilisant également diverses particules liées avec de l’eau qui donnent un aspect quasi tridimensionnel à ses œuvres. Les dessins apparaissent en volume comme sculptés dans une monochromie très sombre avec des surfaces travaillées à la manière d’un bronze.

 

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/femme-aux-pieds-et-mains-joints

 

Rodin dira de Dorignac qu’il « sculptait ses dessins ».
Dans ses études de têtes, on pourrait presque établir une relation à la sculpture africaine ainsi qu’une aspiration à une spiritualité mettant en avant des influences orientales ( figure voilée de 1913, Femme au fichu sur les épaules 1913). Le peintre a peut-être eu recours à des modèles africains pour réaliser certaines de ses œuvres et a été très certainement influencé par des œuvres du Musée Guimet. Dorignac n’aimait pas l’art facile, optant pour une  « attitude honnête »  dans son travail : « On devrait travailler toute sa vie pour arriver à faire une toile… » . L’artiste dédaigne l’art du spectacle pratiqué par ses congénères Van Dongen ou Matisse alors très acclamés .

À partir de 1911 le peintre décrit le poids de l’effort physique avec ses haleuses en 1912 au corps malmené par l’effort ou encore des études approfondies de mains de travailleurs. Dorignac s’inscrit dans le sillage de Gustave Courbet, détaillant avec minutie et une grande puissance l’écrasement des plus humbles dans leur labeur. Ici le mouvement du corps semble figé dans l’effort.

 

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/la-haleuse

À son arrivée à Paris, Dorignac avait lui-même exercé le métier de haleur sur les quais de Seine.Il restera très marqué par l’oeuvre du peintre et sculpteur belge Constantin Meunier surnommé le « François Millet de l’ouvrier » qui illustra magnifiquement la vie difficile des métallos ainsi que le corps au travail, ( Le creuset brisé 1884, Au pays noir:deux haleurs nus 1892)

 

 

Le Primitivisme formel

Dorignac est fortement marqué par la densité de l’être humain et de ses souffrances au quotidien dans l’exécution de ses taches. Il s’intéresse au monde paysan ainsi qu’aux laveuses. Son travail réaliste et sans complaisance est qualifié de primitivisme formel utilisant la monochromie rouge ou noire. Les études de visages sont sans complaisance dégageant de la puissance..

 

Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/paysanne-au-fichu

 

 

Des rêves d’art décoratif

Dans les années 1913 le style de Georges Dorignac évolue s’exprimant à travers la tapisserie, la céramique, le vitrail ou encore la mosaïque. Le noir laisse la place à un monde de couleurs.

Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/Carton tapisserie Jeanne d'Arc

Ses projets inspirés par l’art sacré ou le profane, le style roman ou byzantin ont du mal à retenir l’attention des indispensables mécènes et sont le plus souvent déclinés en cartons de tapisserie plutôt que sur des surfaces murales. Ses cartons reçoivent cependant d’importantes subventions de l’État.
Le seul carton dont la réalisation verra le jour sous la forme d’une tapisserie pour le Musée de Beauvais s’intitule Le Paradis terrestre avec une référence biblique. Pour Dorignac , l’ensemble de ses projets décoratifs correspondent à un accomplissement personnel important à ses yeux même s’ils ne sont pas réalisés en grandeur nature. L’artiste dira à ce propos : «  Je suis contraint à vivre du trésor de mes rêves ».

 

 Le Trait sculpté de Georges Dorignac/aufildeslieux.fr/Façade d'entrée La Piscine©K.Hibbs

La Piscine s’agrandit

Depuis son inauguration en 2001 la Piscine a déjà accueilli plus de 3 millions de visiteurs.
Ce lieu représente la concrétisation du patrimoine muséal de Roubaix enrichi régulièrement grâce à son Cercle d’Entreprises Mécènes,et aux achats effectués par la ville.En 2018 , 2300 m2 viendront agrandir cet espace comprenant a création de deux ateliers de pratiques artistiques dans le domaine de la céramique et du textile et une salle d’exposition présentant l ensemble des travaux qui y seront réalisés. On comptera également une salle consacrée à l’Histoire de Roubaix, un parcours complet autour de la sculpture moderne et un espace dédié au Groupe de Roubaix, représentant un ensemble d’artistes , de collectionneurs et de galeristes ayant enrichi le fond de l’art contemporain au lendemain de la seconde guerre mondiale.
L’accueil du jeune public encadré par des animateurs se déplaçant également à l’extérieur représente un quart de la fréquentation annuelle de la Piscine et reste une des priorités de la politique culturelle de la ville.Des performances sont régulièrement organisées dans le bassin qui est vidé à cet effet . On a même pu assister à un spectacle de danse sur une chorégraphie de Carolyn Carson immergé dans l’eau !

 

*****

Exposition Le trait Sculpté -Georges Dorignac
jusqu’au 5 Mars 2017
du mardi au jeudi 11h à 18h
La Piscine-musée d’art et d’industrie André Diligent
du mardi au jeudi 11h à 18h
23 Rue de l’Espérance
59100 Roubaix
www.roubaix-lapiscine.com

Du 18 Mai au 17 Septembre 2017
Musée des Beaux-arts de Bordeaux

www.musba-bordeaux.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !
[Total : 1    Moyenne : 1/5]
Le Trait sculpté de Georges DorignacEcris parKatherine HibbsMoyenne des votes1/5 - 1evaluations visiteur



A propos de l'auteur

Katherine Hibbs

Je suis une passionnée de l'image et de l'écriture. Photographe depuis plus de 30 ans d'abord dans la mode puis très vite dans le reportage et le domaine des expositions artistiques, j'ai exploré l'univers du film documentaire et de l'écriture. Je fais du journalisme depuis 10 ans comme pigiste et ai décidé de créer mon blog il y a un peu plus d'un an. Mon crédo: l'échange, l'écoute et le partage sans oublier la pratique des langues étrangères.. Si vous êtes gourmand, curieux, mélomane, et passionné, alors suivez mon itinéraire au fil des lieux...

Laisser un commentaire