Qui suis-je?

8
Jul,2018

(Français) 1925/1935 une décennie bouleversante

Sorry, this entry is only available in French.



11
Jun,2018

(Français) 12 jours en Inde du Nord

Sorry, this entry is only available in French.



4
Jun,2018

H

Sorry, this entry is only available in French.



13
May,2018

(Français) La Porte des rêves au Domaine Caillebotte

Sorry, this entry is only available in French.



15
Apr,2018

(Français) 20e édition du Festival du cinéma brésilien

Sorry, this entry is only available in French.



13
Mar,2018

(Français) Tout schuss du Mourtis à Luchon !

Sorry, this entry is only available in French.



2
Mar,2018

(Français) En 2018 Glasgow fête Mackintosh

Sorry, this entry is only available in French.



8
Jan,2018

Beauté et Abîme    

   Tout au long de cette nouvelle année 2018, Vienne, nous fera voyager dans la ronde du modernisme sur le thème Beauté et Abîme. En effet la capitale autrichienne fêtera les 100 ans de la disparition de quatre géants du Modernisme et du mouvement sécessionniste qui ont préfiguré un tournant important dans la vie artistique et culturelle de toute une nation. Gustav Klimt, Egon Schiele, l’architecte Otto Wagner ainsi que Koloman Moser à la fois peintre, designer et graphiste allaient révolutionner l’époque conservatrice de l’Empire Austro-Hongrois.     Ils illuminèrent entre 1900 et 1918 la société viennoise avec leur force créatrice et l’association d’une vingtaine d’artistes formant le style sécession, version autrichienne de l’Art Nouveau et de l’Art and Crafts anglais. La nouvelle bourgeoisie et les riches industriels ne veulent plus s’associer à l’académisme rigide imposé par la Cour. Cette période de Modernisme Viennois constituera un des chapitres les plus importants de l’histoire culturelle autrichienne. La Beauté fut insufflée par quatre grands créateurs qui moururent en 1918 et l’Abîme devait être le spectre de la première guerre mondiale qui fit tomber temporairement dans l’oubli cette période faste jusque dans les années 1960. Vienne partagera avec un public international tout au long



27
Dec,2017

Les Délices de Seine-Maritime

    À quelques encablures de Paris le triangle cauchois reliant Étretat, Dieppe et Rouen est résolument le fief des délices de Seine-Maritime. Terre riche en productions locales mais aussi haut lieu de l’histoire, c’est à Fécamp qu’est conservé jalousement le secret des 27 plantes et épices de la liqueur de Bénédictine fabriquée dans le Palais du même nom. L’alchimie des saveurs est aussi dans l’assiette des chefs oeuvrant à Étretat, Rouen ou Offranville, commune d’adoption du peintre-écrivain normand Jacques-Émile Blanche dont le musée local est doté de pas moins de 1500 œuvres de l’artiste. Les secrets de la table n’auraient sans doute pas pu s’exprimer pleinement sans la magnifique entente qui règne entre producteurs locaux et chefs du pays cauchois.     Un détour à la Ferme Fontaine Les marchés de Fécamp, Goderville ou encore Sainte-Cécile sur les hauteurs du Havre vendent les produits d’excellence de la Ferme Fontaine nichée à Saint-Sauveur-d’Emalleville. Cette entreprise familiale ne chôme pas avec ses 350 vaches prim’holstein  dont le lait est prélevé deux fois par jour. Ici les jeunes veaux sont isolés durant 3 semaines après leur naissance et nourris pendant 2 mois au lait entier. Durant l’hiver la récolte des petits pois avant



3
Dec,2017

Traversées renarde

  Le 40 ème anniversaire du Centre Pompidou est fêté partout en France cette année sous la forme d’expositions,de rencontres et de spectacles.Il a également été marqué d’une pierre blanche dans la ville de Bourges avec Traversées renarde qui résulte de la fusion créative de trois lieux distincts : La Box, le centre d’art Transpalette et le château d’eau/château d’art.     Le Centre d’Art Transpalette offre au public jusqu’au 28 Janvier prochain un florilège d’oeuvres artistiques dont certaines « historiques »sont issues des collections du Centre Pompidou. Dans cet espace , le ton est désinvolte, cassant les codes de la hiérarchisation et de tout conservatisme cloisonnant. La cinquantaine d’artistes ici présents contournent avec malice les modèles standardisés en utilisant des mediums pluriels . Ici l’éphémère et les performances narguent les piliers de l’institution inébranlable… en apparence !   Les propositions d’étudiants d’écoles d’Art (ESAD de Valence et ENSA de Dijon) insufflent un supplément d’âme dans le foisonnement d’oeuvres plus institutionnalisées. Ici on arrache les étiquettes, les sous-titres et les titres figés dans le temps, pour laisser place au trouble et au tremblement.       Dans le cadre du Hub de Traversées renarde ,les 7,8 et 9 décembre, Virginie Despentes, l’auteure de l’éponyme