Champagney

25
Juin,2015

Franche-Comté, terre de libertés (2ème partie)

Champagney, sur les chemins de l’abolition… C’est une petite ville paisible aux jolis toits vernissés caractéristiques de la région de Franche-Comté dont nul ne soupçonnerait qu’elle fut un haut lieu historique. La Franche-Comté a participé au devoir de mémoire inscrit dans le projet international de la Route des abolitions de l’esclavage lancé par l’Unesco en 2004. Deux sites sont situés sur cette route en Franche-Comté: le château de Joux non loin de la frontière suisse et la ville de Champagney, en Haute Saône qui sera le théâtre des premières protestations du peuple et de ses villageois le 19 Mars 1789 contre la traite négrière qui dura quatre siècles. En 1971 sera créé le site officiel de la Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme.Cette cave à vin sera transformée à l’initiative de Léopold Sedar Senghor, ancien Président de la République du Sénégal, en collaboration avec René Simonin, habitant de Champagney qui valorisera le fameux article 29 rédigé par les paysans comtois au XVIIIème siècle et dont l’original est conservé aux archives départementales de la Haute-Saône. En 1789 le Roi de France avait ses caisses vides et la situation politique et sociale du pays était très tendue. Louis XVI