15
Nov,2015

6 bonnes raisons de visiter Lyon (part. 1)

1Lyon:quartier St Georges©Tristan Deschamps

 

Aufildeslieux a visité la capitale de la région Rhône-Alpes réputée pour ses traboules, ses soieries et son cinématographe en donnant 6 bonnes raisons aux amoureux des City breaks de visiter Lyon. Ici avec la Lyon City Card vous serez pris en charge au niveau des transports qu’ils soient fluviaux, souterrains ou à fleur de bitume et pourrez vous délecter à la visite gratuite de 22 musées et expositions temporaires en accès libre. Le plus de cette ville est sans aucun doute son parti pris éco environnemental, privilégiant les voies vertes et fluviales.

 

 

2 Lyon:Vaporetto©K.Hibbs

 

Au fil des quartiers et des nombreux ponts qui enjambent la Saône, le promeneur découvrira une architecture diversifiée alliant les vieux quartiers lyonnais à un patrimoine industriel plus récent s’étendant sur 5 km le long des rives de Saône et du quartier de la Confluence.Vous découvrirez les quartiers contemporains dans le deuxième volet de cet article.

Un outil incontournable dont vous serez gratifié par Only Lyon Tourisme reste le Collector des adresses lyonnaises à collectionner où vous serez conseillés par la communauté des Yelpeurs de Lyon. Ce joli fascicule gratuit est une véritable mine d’informations à compulser pour un séjour court, qui vous aidera à sélectionner les meilleures adresses de shopping, gastronomie, culture et sorties.

 

 

Poser ses valises à l’hôtel Mercure Château Perrache, classé aux Monuments Historiques

 

3:Lyon:Hall d'entrée Mercure Château Perrache©K.HiBBs

 

 

4:Lyon:Mercure :Hall d'entrée©Hibbs

 

Cet établissement 4 étoiles de 8000 mètres carrés, inauguré le 9 Octobre dernier, est idéalement situé à côté de la gare Lyon Perrache, au coeur de la presqu’île entre la place Bellecour et le quartier de Confluences.
La particularité du lieu est d’avoir conservé et préservé un remarquable patrimoine Art Nouveau d’origine, comportant lambris, moulures et vitraux. En arrivant dans le hall d’entrée ponctué de chapiteaux en stuc représentant des jeunes filles alanguies et des corbeilles de fruits. On lèvera inévitablement le regard sur les peintures monumentales post impressionnistes d’Henri Martin (Port de Marseille, Villeneuve les Avignon) et d’Ernest Laurent (Paris, la Seine et Notre Dame).

5:Lyon: Mercure La Belle Saison©Hibbs

 

6:Lyon: peinture salon Belle Saison©Hibbs

 

 

7: Lyon: Mercure : Sculpture©Hibbs

 

 

8: Lyon :Mercure Poignée Porte ©Hibbs

 

Les salons privés modulables de l’hôtel dédiés aux séminaires et aux réceptions privatisées, dont la magnifique salle de petit déjeuner Les Belles Saisons, présentent des ensembles de boiseries en acajou et en citronnier surmontés de bas reliefs en stuc. Les 8 portes vitrées à battants sont réhaussées de peintures de style pointilliste.
Ce bel ensemble hôtelier a été conçu en 1906 par l’architecte George Chedanne, accueillant la clientèle luxueuse de l’époque. Une anecdote raconte qu’un tunnel reliait les cuisines de l’hôtel à la gare, permettant ainsi de servir des repas prestigieux à bord des trains.
Un esprit contemporain dans le projet de rénovation a été réalisé avec raffinement par les architectes Yann le Coadic et Alessandro Scotto. L’harmonie des couleurs Art Nouveau (prédominance du bleu) a signé les murs des chambres (120 chambres dont 73 entièrement rénovées, 26 Privilège et 2 suites) tout en cohabitant avec une vision moderne dans le choix du mobilier. Une idée amusante consistant à dessiner un plan de Lyon qui représente une main sur fond blanc au-dessus de la tête de lit, a retenu mon attention en arrivant dans ma chambre Privilège.

Lyon : Hôtel Mercure - Suite

9:Lyon: Plan  Main Lyon©Hibbs

10:Lyon:Lounge Bar  Mercure©Hibbs

Capture d’écran 2015-11-15 à 14.21.13

 

12:Lyon: Lounge bar Mercure©Hibbs

On retrouvera ce même esprit alliant Art Nouveau et mobilier contemporain dans le lounge bar le 12.2 du rez-de-chaussée
C’est dans ce lieu très intimiste, paré de magnifiques vitraux de la fin du XIXème siècle que j’ai rencontré le jeune chef Johnny Savoye qui a fait ses armes au Wolseley à Londres dans le quartier de Mayfair.
Ici on propose une carte de snacking élaborée sous forme de tapas. J’ai, pour ma part, dégusté une brunoise de ratatouille aux gambas rôties et coulis de poivron suivie d’un Saint Marcellin de la Mère Richard. Fabrice, le chef barman vous proposera une sélection de vins Mercure.
La carte du lounge bar est par ailleurs servie dans les hôtels Mercure de Marseille et de Nantes.
Le chef Johnny Savoy propose une restauration pour séminaires qui constituent le fer de lance de L’hôtel Mercure Château Perrache. On aura le choix entre un menu séminaire classique ou un menu plus élaboré proposant un choix de 4 entrées, plats et desserts. Une cuisine sans gluten et végétarienne est également prévue à la carte.

13:Lyon: Brunoise de ratatouille©Hibbs

14:Lyon : Mercure -Chef Savoy©Hibbs

 

 

L’orchestration de la modernité et de l’élégance de ce très bel établissement est étroitement suivie par la très dynamique directrice des lieux, Madame Marta Pardo-Badier, qui a attaché un soin tout particulier à la restitution de l’atmosphère d’origine de l’établissement.
Un projet de paravents géants installés à l’extérieur du bâtiment où figureront des cartes postales du début du siècle verra prochainement le jour.

 

 

La Colline de Fourvière et la Basilique Notre Dame de Fourvière

C’est sur cet ancien site gaulois de Lugdunum où s’installa la première communauté chrétienne du pays que furent construites deux chapelles, l’une dédiée à la Vierge, l’autre à Saint Thomas de Cantorbéry. On venait prier ici pour repousser les épidémies de peste: preuve en est la statue toute dorée de la Vierge édifiée en 1852 par le sculpteur Fabisch sur le sommet de la chapelle Sainte Marie. Depuis cette date, chaque année, le 8 Décembre, les lyonnais alignent des bougies sur les rebords de fenêtres et les balcons. Depuis 1989, un PLAN LUMIÈRE a été mis en place dans la ville, visant à mettre en lumière les sites majeurs de la ville dans le cadre de LUCI, réseau mondial des villes lumière. 70 installations sont mises en place dans toute la ville faisant appel aux technologies les plus innovantes durant la Fête des Lumières en Décembre.

15:Lyon: fête des Lumieres cathédrale St Jean© Yann Nguéma

 

Je vous conseille de monter en funiculaire sur la colline pour sa vue panoramique sur Lyon ainsi que la visite de son étonnante basilique Notre- Dame de Fourvière, au style indéfinissable, située juste à côté de la chapelle Sainte Marie.

 

Capture d’écran 2015-11-15 à 14.20.49

17: Lyon : ND de Fourvière©HIBBS

 

18: Lyon:détail porte ©Hibbs

 

19: Lyon: marbre©Hibbs

 

Ici cohabitent mosaïques de style byzantin, vitraux dessinés par Georges Decôte, en hommage à Marie ainsi que trois coupoles représentant les trois personnages de la Sainte Trinité. Ce monument reste le plus visité en Rhône Alpes avec 2 millions 500 000 habitants par an.

 

Le Vieux Lyon, son quartier Renaissance, ses traboules et ses bouchons

Il vous faudra au moins 3 bonnes heures pour sillonner le Vieux Lyon et ses trois quartiers principaux qui s’étendent sur 24 hectares entre les quartiers de St-Jean, St-Paul et St-Georges. C’est la loi Malraux qui en 1962 en a fait le premier secteur sauvegardé de France avec une remarquable restauration de ses bâtiments.

Au départ de cette balade historique, ne manquez pas de passer par la cathédrale St-Jean qui fut le siège du Primat des Gaules et dont la construction s’étendra sur… 3 siècles ! (1175 à 1481). Cet édifice incarne la transition de l’art roman à l’art gothique et a été fortement endommagé durant les guerres de religion en 1562 puis au moment de la révolution française.
La cathédrale est très visitée durant la Fête des Lumières qui aura lieu début Décembre. À quelques pas de là, un jardin archéologique a connu la construction successive de 3 églises qui formaient un groupe épiscopal.

 

20: Lyon: Cathédrale St Jean©Brice Robert

 

Des visites guidées proposées par Only Lyon, office du tourisme proposent des parcours découverte des célèbres traboules(du latin trans ambulare) du quartier St-Jean empruntées par les marchands de soieries qui redescendaient la colline vers la rive pour rejoindre les bateaux avec leurs coupons de soie. Ils utilisaient ces passages couverts reliant des pâtés de maison en passant par des cours intérieures pour se protéger de l’humidité. Les traboules ont été un haut lieu de résistance durant la seconde guerre mondiale. Une convention a été passée avec la ville et 50 des 400 traboules répertoriées qui restent ouvertes au public jusqu’à 19 heures et en échange obtiennent un entretien suivi assuré par la municipalité.

21:Lyon: traboule Croix Rousse©Brice Robert

 

22:Lyon: cours des voraces©Brice Robert

Le quartier St-Paul attira dès 1420, époque de la création des premières foires, de nombreux marchands italiens. Le style gothique flamboyant va progressivement laisser la place aux prémices du style Renaissance quand s’intensifient les échanges commerciaux entre France et Italie. L’architecture Lyonnaise sera sensible à cette influence italianisante. La maison du chamarier (en charge de la justice, de la sécurité et de la voirie) dans la rue St-Jean sera la première demeure Renaissance du quartier où plusieurs corps de logis sont reliés par des galeries extérieures desservies par un escalier en vis. On peut encore apercevoir sur le puits de la cour intérieure le fameux motif de la coquille, emblème de la Renaissance Italienne (en référence à la fameuse Naissance de Vénus de Botticelli).
La Marquise de Sévigné fera plusieurs fois dans cette belle demeure de Lyon avant d’aller rejoindre sa fille au château de Grignan.
Les canuts (ouvriers de la soie) s’installèrent au XVI ème siècle dans le quartier St-Georges au pied de la colline de Fourvière, secteur populaire des artisans de Lyon et non loin des quais de Saône. La concurrence se faisant rude, ils déménagèrent sur les pentes de la colline de la Croix Rousse.

23: Lyon: bar des canuts©Marie Perrin

Pour les amateurs d’histoire et de vieilles pierres, une autre visite guidée dans le secteur de la colline de Croix Rousse est proposée pour découvrir la vie quotidienne des ouvriers de la soie. On ne manquera pas la visite de la célèbre traboule des voraces qui permet de passer du 9 de la place Colbert au 14 de la montée de Saint-Sébastien. Ce lieu abrita les canuts lors de leur révolte contre leurs mauvaises conditions de travail. Ils brûleront leurs métiers à tisser en signe de protestation. Ce sont ces canuts qui furent à l’origine des éponymes bouchons lyonnais connus pour les différentes traditions culinaires régionales lyonnaises.

24:Lyon: Bouchon Les Lyonnais2 ©Hibbs

 

25:Lyon: oeuf en meurette©Hibbs

*****

Guide pratique:

Tous mes remerciements à:

L’Office de Tourisme de Lyon – ONLY LYON

Pavillon du Tourisme

Place Bellecour-Lyon2

Tel:+33(0)4 72 77 69 69

www.onlylyon.com

*****

Lyon: Collector©K.HIBBS

 

*****

Mes remerciements à la Direction de l’hôtel Mercure et à Madame Marta Pardo-Badier

Hôtel Mercure

Lyon Centre

Château Perrache

12 Cours de Verdun Rambaud

Esplanade de la gare

69002 Lyon

Tel:+33 04 72 77 15 00

Tarif week-end entre 139 euros et 295 euros selon catégorie de chambre.

*****

Vaporetto Confluence: se promener au fil de la Saône

www.confluence.fr

*****

Notre – Dame de Fourvière

www.fourviere.org/

8 Place de Fourvière ,69005 Lyon

Tel 04 78 25 13 01

*****

Bouchon Les Lyonnais

19 rue de la Bombarde – 69005 Lyon

www.restaurant-lyonnais.com

 

Lyon: Bouchon Les Lyonnais©Hibbs

Rendez-vous sur Hellocoton !
[Total : 3    Moyenne : 2.3/5]
6 bonnes raisons de visiter Lyon (part. 1)Ecris parKatherine HibbsMoyenne des votes2.3/5 - 3evaluations visiteur



A propos de l'auteur

Katherine Hibbs

Je suis une passionnée de l'image et de l'écriture. Photographe depuis plus de 30 ans d'abord dans la mode puis très vite dans le reportage et le domaine des expositions artistiques, j'ai exploré l'univers du film documentaire et de l'écriture. Je fais du journalisme depuis 10 ans comme pigiste et ai décidé de créer mon blog il y a un peu plus d'un an. Mon crédo: l'échange, l'écoute et le partage sans oublier la pratique des langues étrangères.. Si vous êtes gourmand, curieux, mélomane, et passionné, alors suivez mon itinéraire au fil des lieux...

1 Commentaire

  1. Marie 16 novembre 2015 at 12 h 43 min #
    Merci ! j'étais convaincue d'aller à Lyon dès la première raison :))

Laisser un commentaire